Péché n°4 : La Luxure

n. f. Recherche sans retenue des plaisirs sensuels ; débauche.[1]

Chambre de garde, bureau « do not disturb », chambre d’hôtel de congrès, le choix des armes ne manque pas. Il faut dire que notre métier facilite les rencontres. D’autres jobs, bien sûr, connaissent les mêmes travers … n’allons pas croire que nous sommes les seuls à flirter sans en avoir l’air.

Les exemples ne manquent pas dans les histoires de services, de la fac à l'hôpital. Affaire de coeur ou simple quatre-heures, la frivolité des rapports humains entre confrères n'est déjà pas simple, alors quand le parfum du pouvoir s'y ajoute… toutes résistances deviennent illusoires.

Promotion canapé ? Peut-être…

Passage obligé par le bureau du chef, rapprochement indispensable contre la table d'opération, il n'est pas rare d'être sujet à des sollicitations dans un monde de patrons très masculin !

À l’évidence, la parité est loin d'être respectée. Un monde de testostérone qui mériterait sans doute plus de féminisation pour calmer ces… « hardeurs ». Malheureusement, parfois le libertinage vire au dérapage. La presse relate en 2011[2] les agissements d'un prof de médecine interne du service des Armées. Gilles Defuentes est alors mis en examen pour pratiques sadiques avec usage d'anesthésiants… On savait notre profession à risque de détournement de toxiques à des fins suicidaires, mais peu d'études rapportent ce genre d'abus. Gageons qu'il ne soit qu'isolé car la presse aurait tôt fait de nous en faire baver.

Un monde d'hommes donc.

Un monde qui devrait changer.

Source: 

1. Le Grand Larousse Illustré 2014 © Larousse 2013
2. www.leparisien.fr/faits-divers/supplicie-a-sondomicile-pendant-deuxjours-06-04-2011-1395443.php ;
http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Mis-en-examenapres-une-soiree-sadomaso-147001

Portrait de La rédaction
article du WUD 9

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.