Pamphlet contre les patrons

Odile Plichon, journaliste au Parisien-Aujourd’hui en France, est l'auteur du Livre Noir des Médecins Stars, paru en 2012 (Éd Stock) qui dénonce les abus de certains patrons.

WUD Odile, comment avez-vous décidé de mener ces investigations sur le milieu hospitalier ?

« OP J'avais déjà des pistes concernant 2 ou 3 grands noms de la médecine, mais c'est l'affaire de Metz qui m'a décidée. Partie d'une image idéalisée de l'hôpital, j'ai finalement découvert l'ampleur et la violence des conflits internes dans le milieu hospitalier, les pouvoirs qui s'y exercent parfois sans aucun contre-pouvoir.

 

WUD Qu'est-ce qui vous a le plus marquée dans "l'affaire de Metz"?

« OP J'ai été impressionnée de voir comment, avec un taux de surmortalité, avec des alertes de professionnels de santé et de patients, il ne s'est rien passé pendant des années. Les rares patients qui osaient poser des questions se voyaient opposer le bouclier du risque opératoire en chirurgie cardiaque. Il y avait un effet vase clos, un service impénétrable sous la coupe d'un mandarin, indépendamment de ses compétences.

En 20 ans d'investigations dans différents milieux, je n'avais jamais vu une telle histoire en démocratie. L'hôpital est véritablement un univers où il est difficile de dénoncer un problème et de faire bouger les choses.

 

WUD Vous citez nominativement plusieurs grands patrons de médecine pour leurs excès financiers, leurs relations avec le monde des puissants, de la politique, pour leur goût pour les médias, etc. Le tout, preuves à l'appui, bien sûr ! Combien de temps vous a demandé un tel travail d'investigation ?

« OP J'ai réalisé ces recherches en dehors de mon travail pendant une bonne année. Il m'a ensuite fallu 6 mois pour écrire et opérer des choix car le livre aurait pu être beaucoup plus long… ou chaque chapitre aurait pu devenir un ouvrage entier !

 

WUD Quelles ont été les réactions du milieu médical à sa sortie ?

« OP Les médecins libéraux semblent avoir presque apprécié de voir épingler des confrères du public sur des thèmes visant souvent le privé, notamment les dépassements d'honoraires. Il faut dire que le statut de PU-PH est extrêmement avantageux : rémunérations, possibilité d'exercice privé, système de retraite encore récemment amélioré, couverture juridique par l'hôpital… Les départs de PU-PH du public sont exceptionnels, ce n'est pas sans raison !

Peu de patrons ont accepté le débat. J'ai écrit ce livre avec l'aide de soignants, de médecins dont des anesthésistes-réanimateurs, des urgentistes (qui ont souvent un regard particulier sur l'hôpital du fait de leur poste), d'anciens PU-PH.

Pour l'anecdote, à la sortie du livre, j'ai été invitée aux « Grosses Têtes » puis on m'a rappelée pour annuler en m'expliquant que Bernard Debré était un habitué apprécié… Je fais d'ailleurs l'objet de poursuites judiciaires de la part des professeurs Debré et Khayat.

 

WUD Et auprès de la presse et du grand public ?

« OP Finalement, ce livre révélant des dessous hospitaliers incroyables n'a pas eu un écho politique important malgré les relais dans la presse. J'ai réalisé l'importance du pouvoir d'influence de certains grands patrons. Ce fut une leçon sur le fonctionnement de la démocratie… Au-delà des relations de certains mandarins, il m'est aussi apparu que les hommes politiques ne reconnaissaient pas la gravité de ce que j'ai démontré et dénoncé.

J’ai de plus le sentiment qu’aujourd’hui les gens sont blasés par ces excès dans le milieu de la santé. Finalement, ils sont même parfois persuadés que plus ils payent, plus leur médecin est compétent ! Et d'autant plus s'il s'agit d'un « professeur ».

Cet énorme travail a donc généré une forme de déception puisqu'il n'a été suivi d'aucune décision politique ou mesure permettant l'évolution de ce système. À titre personnel, ce travail d'enquête a été passionnant et m'a donné une reconnaissance professionnelle.

Portrait de La rédaction
article du WUD 9

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.