Médecine et IA : 6 choses à savoir sur la reconnaissance vocale intelligente

Après des années de perfectionnement, les technologies intelligentes de reconnaissance vocale pour les médecins sont au point. Mais comment fonctionnent-elles et quels sont leurs avantages réels au quotidien ? Éclairage avec Dragon Medical One, la solution développée par Nuance Communications.

 

Il y a quelques années encore, c'était un peu futuriste de parler à une machine,

se souvient Pierre Meyblum. Le directeur des partenariats de Nuance Communications, entreprise pionnière du secteur, a été le témoin privilégié de l'accélération des technologies liées à la voix. Aujourd'hui, parler pour commander deviendrait presque banal et chez les médecins aussi, les nouvelles technologies vocales se font une place. Taper des comptes-rendus à la main, un geste en voie d'extinction ? Probablement... à condition de ne pas souffrir d'extinction de voix ! Voici six choses à connaître sur la reconnaissance vocale intelligente utilisée à l'hôpital ou en ville, à travers l'exemple de la solution Dragon Medical One.

 

1. L'IA conversationnelle est au cœur du processus

Les algorithmes d'intelligence artificielle imitent la réflexion humaine pour mieux traiter et assimiler les connaissances. « Ce qui permet une montée en qualité et en précision extrêmement rapide », affirme Pierre Meyblum. L'outil devient alors opérationnel dès les premières secondes et aucun apprentissage n'est nécessaire.

Quid des mots inconnus ou nouveaux ? Les termes médicaux nouveaux sont intégrés régulièrement lors de mises à jour logiciel, mais chaque praticien peut, en quelques secondes, rajouter un terme rare, comme un nom de molécule innovante ou un traitement récent, et le logiciel se l'approprie.

 

2. Elle s'adapte à votre voix et votre manière de parler

Voix, accent, phrasé... L'intérêt de ces solutions de reconnaissance vocale de pointe réside dans une puissante capacité d'adaptation devant l'identité vocale de chaque utilisateur. Pas la peine ici d'articuler ou de parler lentement, la solution capte votre empreinte vocale, votre « style » et s'y adapte tout de suite.

 

3. Le mode SaaS constitue une vraie (petite) révolution

Dans le domaine, le SaaS ouvre bien des portes. Un Software as a service, ou en bon français un logiciel en tant que service, est l'exact opposé du logiciel à l'ancienne installé sur chaque poste de travail. Avec Dragon Medical One, par exemple, tout est hébergé à distance dans un cloud sécurisé et certifié Hébergeur de Données de Santé.

Une solution en SaaS simplifie bien des choses. L'installation devient possible sur n'importe quel ordinateur ou terminal, comme une application mobile du quotidien. Un smartphone devient dès lors une extension, un dictaphone intelligent. A l'hôpital, dans un cabinet en ville et même à domicile, la solution est, de fait, accessible partout. « N'importe quel médecin peut l'utiliser, un simple ordinateur suffit », confirme Pierre Meyblum.

 

 

 

4. Jusqu'à deux heures de temps gagnées par jour à l'hôpital

Le clavier, boulet du médecin ? Pour générer toute l'information médicale du quotidien, les doigts ne sont en effet pas de bons alliés, affirme Pierre Meyblum : « Si les soignants travaillent dans un univers aujourd'hui largement digitalisé, taper de l'information médicale peut représenter plus d’un tiers d'une journée de travail ».

Que la reconnaissance vocale intelligente accélère la prise de note et la rédaction des comptes-rendus semble aller de soi, mais quel est le gain réel ? « Nous parlons en moyenne quatre fois plus vite que nous écrivons, rappelle le directeur des partenariats de Nuance. A l'hôpital, ce sont alors jusqu'à deux heures de gagnées par jour ».

Ce temps peut alors être consacré à des tâches plus valorisantes, notamment la relation aux patients. C'est aussi du temps libéré pour le secrétariat, réinvesti vers d'autres tâches, comme la facturation en libéral ou l'accueil des patients.

 

5. Ce type de solution peut améliorer les interactions avec le patient

L'un des avantages méconnus de la reconnaissance vocale nourrie à l'IA pour les médecins est la possibilité d'enrichir l'échange avec le patient. « Dicter pendant la consultation permet au patient d'entendre, de mieux comprendre voire de réagir aux informations médicales qui le concernent. Ce meilleur partage de l'information est aujourd'hui très apprécié », estime Pierre Meyblum.

 

6. Une première étape vers le « médecin augmenté » ?

Pour une entreprise comme Nuance Communications, la reconnaissance vocale intelligente est la première brique vers une médecine « augmentée ». Aux Etats-Unis, la firme développe les solutions de demain. On citera le Dragon Ambient eXperience (pas encore disponible en Europe), une solution plus pointue, qui se fond dans l’environnement de travail du médecin et capable d'écouter et d'analyser la conversation médecin-patient afin de proposer une analyse en temps réel de la donnée clinique. En parallèle, grâce à la voix, elle centralise l'accès à tous les outils utilisés au quotidien par le praticien, dont le DPI. Les prémices d'un véritable assistant médical virtuel intelligent, en somme. « C'est tout sauf la fin du médecin, rassure Pierre Meyblum, mais plutôt le premier pas vers un véritable médecin augmenté ».

 

Un article écrit en partenariat avec Nuance Communications

Portrait de Thomas Blachère

Vous aimerez aussi

Le Covid-19, qui a bouleversé la planète et fait émerger de nouveaux besoins sanitaires, a-t-il causé un grand chambardement pour les laboratoires...

Un système permet au chirurgien de visualiser les cellules tumorales par injection d’un marqueur fluorescent. Assisté d’une caméra et d’un laser, le...

Répondre aux besoins des patients. S’octroyer un complément d’activité. Élargir son champ d’action. Contribuer à l’amélioration des parcours de santé...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.