L’activité a repris aux urgences de Thionville, mais pour l’instant dans les mêmes conditions catastrophiques

Article Article

L'activité a repris hier de façon "complète" aux urgences de l'hôpital de Thionville (Moselle), qui avaient dû se résoudre à la fin de l'an dernier à se limiter aux urgences vitales à la suite de la mise en arrêt maladie de la quasi-totalité du personnel.

L’activité a repris aux urgences de Thionville, mais pour l’instant dans les mêmes conditions catastrophiques

© IStock 

"A compter de lundi 16 janvier, le service des urgences de l'hôpital Bel Air de Thionville rouvre 24 heures sur 24", a annoncé dans un communiqué le Centre Hospitalier Régional (CHR) Metz-Thionville.

Le 31 décembre, le CHR avait modifié le fonctionnement des urgences "en raison de nombreux arrêts maladie déposés par l'équipe soignante". Si la prise en charge des urgences vitales restait "opérationnelle", les autres patients étaient orientés vers d'autres établissements.

Selon des sources syndicales, 55 des 59 infirmiers et aides-soignants du service étaient alors en arrêt maladie. "Les équipes sont à bout, épuisées, et incapables d'assurer une prise en charge de qualité", avait expliqué une responsable syndicale à l'AFP.

Dans son communiqué, le CHR a expliqué hier que des échanges "constructifs" avec les équipes avaient permis "un retour progressif des personnels".

"On demande des renforts du 1er janvier au 31 décembre, pas juste le temps de sortir de la crise"

"Si le contexte de la triple épidémie de grippe, Covid-19 et bronchiolite s'est amélioré, nous continuons d'inviter la population à utiliser les services d'urgence à bon escient et de privilégier le recours au médecin traitant et/ou l'appel au 15 avant de se déplacer aux urgences", a toutefois souligné le CHR.

Le CHR de Metz-Thionville avait annoncé le 3 janvier le recrutement de six infirmiers et six aide-soignants, et une extension des surfaces de prise en charge des patients.

Toutefois, "les embauches sont prévues mais ne sont pas faites, ce ne sont que des annonces, il n'y a rien de concret pour le moment", a regretté Patricia Schneider, représentante du syndicat Sud-Santé au CHR.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/le-chu-de-nantes-se-met-au-job-dating-au-programme-bonbons-affiches-colorees-et-promesse

Selon elle, à ce jour une seule aide-soignante a été embauchée.

"On demande des renforts du 1er janvier au 31 décembre, pas juste le temps de sortir de la crise", a-t-elle insisté.

Patricia Schneider souligne "la lassitude" parmi le personnel soignant. Ceux qui reprennent après leur arrêt maladie vont retravailler "dans les mêmes conditions" qu'auparavant, selon elle.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers