La vectorisation des médicaments : comment ? pourquoi ?

Elias Fattal, Professeur de Pharmacotechnie à la Faculté de Pharmacie Châtenay-Malabry, répond aux questions de What’s Up Doc

« Vectoriser, c’est cibler ! En fait, un médicament que l’on vectorise est nanoencapsulé dans des vecteurs qui peuvent être polymères, lipides… Les liposomes en sont un exemple. Grâce à la vectorisation, on augmente la probabilité pour le médicament d’atteindre sa cible sans perte en cours de route, ni dégâts collatéraux…

Il est possible aussi, de coupler des ligands à cette nano-enveloppe, capables de reconnaître les récepteurs biologiques d’un tissu, d’une cellule, ou même d’un compartiment cellulaire. Le but ultime est d’optimiser la délivrance des traitements en permettant d’augmenter sa distribution sur la cible d’intérêt, tout en diminuant sa toxicité systémique. »

 

Pour revenir avec le Pr Elias Fattal sur l’histoire du développement des nanomédicaments et leur avenir, retrouvez l’interview dans son intégralité !

Source: 

RJ

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Étudiants + responsabilités = danger
Ringardes, les salles de garde ?
Les internes du groupe hospitalier Paul Guiraud se lancent dans une collecte de fonds pour rémunérer un artiste qui a créé une nouvelle fresque pour...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.