La culture et l'art peuvent-ils soigner les patients ?

Quand le beau soigne les maux

La culture et l’art peuvent-ils soigner et aider les patients grâce à l’art-thérapie?

C’est en tout cas ce qu'espèrent le Musée du Louvre et l’AP-HP, l’Assistance publique Hôpitaux de Paris, qui ont conclu au mois de novembre dernier un partenariat. Ce contrat d'une durée de 3 ans sera finalisé par la construction d'une artothèque. Les patients des établissements franciliens pourront choisir une reproduction parmi une cinquantaine de chefs-d'oeuvre du Louvre pour égayer les couloirs et les chambres de l'AP-HP. 

La première structure à bénéficier de ce dispositif a été l’établissement gériatrique Charles-Foix à Ivry. Le musée lui a fourni 50 reproductions d'œuvres de la collection du Louvre, regroupées en plusieurs thèmes : la famille, l’enfance, les animaux... Un choix qui n’a pas été fait au hasard : un comité d'experts comprenant psychiatres et gériatres s’est prononcé sur l’impact que pouvaient avoir certaines œuvres. Les patients ont ensuite choisi une toile. Un dispositif qui s’insère dans un véritable travail thérapeutique. Une trentaine de membres du corps médical a ainsi été formée pour parler des toiles et susciter la parole des patients autour des œuvres.

La thérapie par l'art

Le Musée du Louvre organise également des visites spéciales pour les malades. Dans un reportage diffusé sur France Inter le 24 juin, le Louvre organisait une visite pour les malades du service psychiatrique de l'hôpital Saint Antoine à Paris. Ici, les patients sont en hôpital de jour, en phase de stabilité. Parmi eux, il y a Claire : "Il y a une forme d'austracisme de la part de la société sur les patients qui sont atteints de maladie mentale. Le fait de nous amener au musée, ça nous remplit la tête de bonnes choses !" assure-t-elle. Un autre malade, Christian explique que "c'est extrêmement important de pouvoir s'exprimer par quelque chose, c'est important que ce que l'on a dans le crâne puisse prendre forme". Une des infirmières accompagnatrice, Isabelle, ajoute : "C'est thérapeutique car cela les maintient dans le système social et culturel". La journée sera suivie de discussions et d'ateliers artistiques en lien avec la vistie une fois rentrés à l'hôpital de jour.
 

La rencontre entre deux mondes

Si le musée du quai Branly ainsi que le musée d'Orsay ont entamé des actions ponctuelles avec des hôpitaux franciliens, le musée du Louvre lui va plus loin en développant une autre facette, celle de la formation. Certains conférenciers et muséographes se déplacent jusqu'à l'hôpital. Pendant les ateliers, les patients redécouvrent l'art de contempler. "Tout d'un coup on a une relation soignant/soigné complètement différente parce que l'on va partager quelque chose qui est de l'ordre d'un souvenir ou d'une émotion qu'on est tous capables d'avoir. C'est vraiment ce que l'on recherche" explique Séverine Miller, chef de projet du "Louvre à l'hôpital".  

L'art à portée de main stimulerait les patients, c'est en tout cas c'est l'objectif de cette expérimentation. Favoriser la communication entre patients et personnel soignant et rendre ainsi moins pénible la période d'hospitalisation. D’ici 2016, les œuvres vont circuler dans 128 chambres de courts et de longs séjours. Mais le projet ambitionne de toucher plus largement les patients atteints d'une pathologie lourde (psychiatrie, gériatrie, cancérologie…).

 

Source: 

Chloé Rayneau

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un service désert
Le collectif Inter-Hôpitaux (CIH) a réagi hier soir aux annonces du plan d'urgence pour l'hôpital présenté ce 20 novembre par Édouard Philippe et...
L’Amuf encarte

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.