Intelligence artificielle : qui sera le prochain pangolin ?

Presse auscultée – Qui sont les mammifères les plus susceptibles d’être à l’origine de la prochaine pandémie ? Pour répondre à cette question, des chercheurs britanniques misent sur l’intelligence artificielle.

La chauve-souris, le chameau, et potentiellement le pangolin. Les animaux sont souvent l’hôte intermédiaire de coronavirus à qui l’on doit les dernières grandes épidémies. Pour en savoir plus, des chercheurs britanniques ont publié une étude dans la revue Nature Communication mardi 16 février et relayée par France 24.
 
Pour cela, ils ont utilisé un algorithme et en sont arrivés à la conclusion qu’il y a « 40 fois plus d’espèces qui pourraient avoir au moins 4 formes de coronavirus en eux et environ 30 fois plus de mammifères chez qui pourraient se produire une recombinaison du SARS-CoV-2 ».   
 
« Ils ont mis au point cet algorithme pour combler les lacunes "de notre connaissance limitée de quels mammifères sont de potentiels hôtes pour quels coronavirus, ce qui est nécessaire pour comprendre où peuvent se produire des recombinaisons de ces virus pour en former des nouveaux", explique Marcus Blagrove, virologue à l'université de Liverpool et l'un des coauteurs de l'article, contacté par France 24.  La preuve : "Avant l'arrivée du Sars-CoV-2, on s'était très peu intéressé au pangolin", ajoute Maya Wardeh, auteure principale de l'étude, également contactée par France 24 », peut-on lire sur le site de nos confrères.
 
« Les deux chercheurs ont fourni à leur IA maison une somme considérable de données sur tous les mammifères répertoriés – proximité biologique avec d'autres animaux connus pour être des porteurs de coronavirus, zone géographique où ils habitent, ou encore espérance de vie – et ont fait pareil avec les virus connus. La machine a ensuite fourni la carte la plus complète à ce jour de tous les rongeurs, carnivores, chauve-souris, ou encore artiodactyles (bovins, hippopotames) qui peuvent être des réservoirs à plusieurs coronavirus », précise France 24.

Résultat, l’IA a estimé que 126 animaux peuvent être des hôtes potentiels. C’est 122 de plus que ceux qui étaient considérés jusque-là. Pour en savoir plus, c’est ici

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Le monde de la recherche est en grève ce jeudi 12 mars pour protester contre la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), en cours...
Presse auscultée - Le Prix Nobel de médecine a récompensé deux américains et un britannique pour leurs travaux sur l’oxygénation des cellules. Il...
Quelle est la qualité des études animales utilisées pour prédire une activité chez l’homme ? Des « sacrifices » de souris inutiles ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.