Incendie du foyer de l’hôpital Saint-Antoine : l’AP-HP joue les pompiers

À la suite de départs d'incendie qui ont ravagé le 26 août les appartements du foyer Saint-Antoine, 29 agents de l’AP-HP demandaient des solutions de relogement à l’AP-HP. Celle-ci se défend de ne pas les accompagner.

Nous vous informions la semaine dernière que deux départs d'incendie avaient ravagé le 26 août les appartements du foyer Saint-Antoine où résidaient des soignants de l’AP-HP. D’après les sinistrés, la direction de l’AP-HP leur avait promis de les reloger urgemment et de manière pérenne dans le parc immobilier de logements sociaux qu’il détient, en collaboration avec les différentes mairies de Paris. Une promesse qui tardait à se dessiner concrètement.
 
À la suite de notre article, l’AP-HP a tenu à nous apporter des précisions. Elle rappelle qu’elle n’est pas le bailleur du bâtiment dans lequel l’incendie a eu lieu et que « la responsabilité du relogement des locataires relève juridiquement du bailleur ».

L'AP-HP propose des solutions

Par ailleurs, l’Assistance publique a décidé d’accompagner les 29 des 39 sinistrés qui sont des agents de l’AP-HP actuellement dans une situation difficile. Elle a donc « pris l’initiative en tant qu’employeur de leur proposer des solutions complémentaires à celles du bailleur ».
 
De quelles manières ? Selon la direction, elle aurait tout d’abord financé le logement temporaire de ses salariés au-delà des premiers jours pris en charge par les assurances.
 
Pour accompagner les 14 de ces 29 agents qui souhaitaient réintégrer leur logement, l’AP-HP a « exigé du bailleur le passage d’un expert afin de s’assurer que les conditions de sécurité étaient parfaitement remplies ». Un expert qui « devrait intervenir rapidement maintenant ».
 
Enfin, tous les personnels qui ne souhaitaient pas réintégrer le bâtiment ont « bénéficié d’un accompagnement du service social du personnel afin de leur faire des propositions de logement pérenne dans le domaine de l’AP-HP » qui conclut que les six premiers baux ont d’ores et déjà été signés ce jour.
 
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Le 10 juin, l’APH, l’ISNI et Jeunes Médecins avaient sollicité le Conseil d’Etat pour que le temps de travail des internes soit respecté. À la suite...

Retraité depuis moins d’un mois, Eric Alauzet est le genre de député à être actif sur les bancs de l’Assemblée nationale. Ce spécialiste de la...

Pour se faire une idée des profils des député·es élu·es, Whats’ up doc a décortiqué la liste côté santé. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.