Hôpital entreprise !

Ah le vilain mot !
Comment peut-on oser comparer un hôpital À une entreprise...
Comment avoir l’affront de mélanger les vilains commerciaux aux nobles hôpitaux parés de toutes les vertus ?

Pourtant la réalité s’impose, évidente, limpide, et moins choquante que certains ne veulent le croire. Oui, l’hôpital est une entreprise. Il est même la plus belle d’entre elle car une entreprise est d’abord et avant tout une communauté humaine dévolue à la production de biens. Or l’hôpital produit ce bien supérieur qu’est la santé, action collective la plus noble qui soit. L’hôpital est facteur d’emplois puisque 60 à 65% de son chiffre d’affaire est redistribué  en salaires pour les personnels. Enfin l’hôpital n’est pas délocalisable et le tourisme médical restera toujours marginal dans nos pays européens bien équipés en homme et matériels pour soigner.

Alors, qu’attend-on pour impulser dans les hôpitaux le sens du management, la capacité à risquer, l’esprit d’équipe au plus haut niveau et la faculté d’évaluation permanente, gages d’une amélioration constante de la qualité des prestations offertes aux malades et blessés qui frappent à la porte de nos établissements publics pour aspirer aux  meilleurs soins ?!

Vouloir faire de l’hôpital un sanctuaire hors de l’économie de marché est une faute grave ! Les 75 milliards d’euros dépensés chaque année par les hôpitaux publics peuvent largement suffire à les faire vivre, à la condition expresse d’une révision de la carte régionale d’implantation des établissements, de la création d’une dynamique de progrès comprenant bonus et malus selon les résultats. Bref à la condition de reconnaitre les meilleurs et de se passer des fainéants.

Les disparités d’activités entre établissements sont parfois gigantesques. Analysons pourquoi et agissons pour remédier au gâchis. L’hôpital doit pouvoir vivre avec une tarification à l’activité tenant compte de la qualité des prestations qu’il offre. L’isoler dans sa pseudo-grandeur serait la pire des politiques à mener.


Vive l’hôpital entreprise !

N’ayons pas honte de vouloir faire évoluer le mode de fonctionnement de nos établissements publics de soins en commençant par accepter la bonne définition, préalable obligé à toute action sensée.

*Guy Vallancien est professeur d’urologie à l’université Paris Descartes, président de l’école européenne de chirurgie et auteurs de plusieurs rapports ministériels.

Portrait de Guy Vallancien
article du WUD 6

Vous aimerez aussi

De multiples réformes nourrissent la colère des professionnels de santé libéraux et leur font craindre la disparition progressive de leur exercice.
Cette semaine dans la revue de presse de What's Up Doc,  un médecin messin attaque Google ; la région du Centre Val-de-Loire s'offre plus de...
Arthur, neurochirurgien, a gagné !

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.