Globule noir : les Ordres médecins et infirmiers veulent des sanctions

Suite à la demande de mise en contact de soignants noirs pour des patients noirs, le collectif de soignants Globule noir suscite le courroux des institutionnels. Les Ordres veulent un châtiment...

Les conseils nationaux de l’Ordre des médecins et des infirmiers, une fois n’est pas coutume, ont publié un communiqué commun. Objet de leur courroux : condamner de la manière la plus ferme l’initiative prise par le collectif de soignants racisés Globule noir. Ce collectif antiraciste avait posté le 1er aout dernier un post sur Twitter en demandant le contact d’une « infirmière à domicile #IDEL racisée », et en l’assortissant d’une liste de « gynécologues noires en Ile-de-France ». Il n’en fallait pas plus pour que d’autres collectifs et associations antiracistes dénoncent le racisme supposé de Globule noir, tel la Licra, qui se fendait d’un tweet scandalisé, et demandait l’intervention d’Olivier Véran en personne :

Faute de ministre de la santé, ce sont donc les Ordres professionnels qui viennent à la rescousse de la Licra, pour condamner avec la plus grande fermeté l’initiative de Globule noir. « Des listes de soignants classés selon leur couleur de peau ont été diffusées sur Internet et les réseaux sociaux ces derniers jours. Le CNOM et le CNOI ne peuvent que s’élever contre cette initiative, qui va à l’encontre des principes fondamentaux de nos professions mais aussi de notre République », assènent les Ordres. Et de poursuivre : « Engagés au service de la population, les professionnels de santé ont prêté serment de soigner avec le même dévouement et la même abnégation, quelles que soient les origines, la couleur de peau, la situation sociale ou les orientations religieuses, philosophiques ou sexuelles de leurs patients. »

Sur le sujet, relisez notre dossier : le racisme en médecine

Ce que ne supportent pas les Ordres, c’est que l’on attente à l’honneur des soignants, en supposant qu’ils peuvent être eux aussi racistes. Ils ne peuvent non plus supporter que « la santé, pilier de notre pacte social, soit soumise aux sirènes du communautarisme et de la division, dans une période où notre société se doit, plus que jamais, d’être unie ».
De ce fait, les deux Ordres se réservent le « droit d’engager toute action permettant de mettre fin à ces pratiques contraires aux principes de la profession et du droit. Ils saisiront également le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, et la CNIL à ce sujet ». Les deux Ordres risquent d’être déçus, néanmoins, en parcourant les réseaux sociaux. Leur rappel à(ux) l’Ordre(s) n’a semble-t-il pas été entendu. Bien au contraire : 

Quant au collectif Globule noir, il a totalement disparu des réseaux sociaux...

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le député Sébastien Nadot souhaite que le gouvernement français réquisitionne les tests fabriqués en France par BioMerieux à destination des États-...
Plus facile à dire qu’à faire

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.