Epidémie de bicéphalisme chez les médecins

De nombreux praticiens sont désormais aussi « start-upers »

L’agenda des médecins n’est pas extensible, mais il faut bien reconnaître que nous ne sommes pas tous égaux face à la pendule. Si certains praticiens semblent toujours courir après le temps, il en existe d’autres qui, en plus de leurs activités de soins, trouvent le moyen de monter des start-ups.

On peut rencontrer ces blouses blanches si occupées qu’on dirait qu’elles disposent de plusieurs cerveaux un peu partout dans le monde, mais il faut faire vite : elles n’ont généralement que quelques minutes à vous accorder. Il se trouve qu’un grand nombre d'entre elles étaient réunies la semaine dernière à Castres, lors de l’université d’été de la e-santé. « What’s Up Doc » a donc sauté sur l’occasion pour mieux connaître ces médecins pas comme les autres.

Neurochirurgie et suivi des patients

Premier profil : le Dr. Geoff Appelboom, neuro-chirurgien belge et chercheur à l’université new-yorkaise de Columbia. Il a co-fondé Folup, une entreprise qui offre aux professionnels de santé, aux assureurs et aux labos la possibilité de suivre les patients et leurs constantes à l’hôpital et une fois qu’ils en sont sortis. Pour l’instant, Folup travaille aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, et la plupart de ses clients sont des assureurs intéressés par l’amélioration de la gestion du risque que leur offre cet outil.

Pour garder un pied dans la clinique, Geoff a dû limiter un peu son implication dans Folup : « J’ai maintenant plutôt un rôle de conseiller », confie-t-il.

Médecine générale et presse en ligne

Autre exemple : le Dr. Eric Couhet, dont « What’s Up Doc » a déjà parlé il y a quelques temps. Généraliste à Nueil-les-Aubiers dans les Deux-Sèvres, il a créé The Connected Mag, une start-up qui a pour ambition de diffuser l’information sur la santé connectée, mais aussi d’apporter de l’expertise sur le sujet. Loin d’être un simple magazine, « The Connected Mag » va donner des cours, monter des projets pilotes… « On veut être une passerelle », explique Eric.

Et la gestion de l’emploi du temps ? « Ça devient un peu dur », concède-t-il.

Urgences, smartphones et réseaux sociaux

Troisième profil : le Dr. Cécile Monteil, qui passe une partie de son temps aux urgences pédiatriques de l’hôpital Robert-Debré à Paris, et une autre chez Ad Scientiam, une start-up dont elle est la directrice médicale et qui ambitionne de mettre le smartphone et les objets connectés au service de la recherche et du patient. Et comme si cela ne suffisait pas, elle a fondé au début de l’année Eppocrate, un réseau social pour les médecins résolument orienté vers les nouvelles technologies.

« Je dors quand j’ai le temps », rigole Cécile… avant de filer vers d’autres activités.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Une analyse de vulnérabilités a détecté 7 serveurs médicaux non sécurisés en France. Ceux-ci hébergeaient plus de 2,6 millions d’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.