Déconfinement : quelle organisation en médecine de ville ?

Alors que les patients avaient déserté les cabinets de médecine générale pendant le confinement, les omnipraticiens s’organisent pour la reprise. Mais les recos s’empilent et les risques du déconfinement ne sont pas encore tous identifiés…

« Les questions posées par l’épidémie Covid en cabinet de ville sont de deux ordres : l’hygiène au cabinet et la gestion des flux de patients. Le volume d’actes consacré aux patients Covid est devenu très faible en raison du confinement. Dans les prochaines semaines, chaque médecin généraliste ne devrait voir qu’un patient Covid tous les quinze jours. Il faut prévoir un créneau (fin de matinée ou fin d’après-midi) et une procédure spécifique pour recevoir les patients suspects. On ne crée pas une organisation quotidienne pour une consultation tous les 15 jours ! », estime le Dr Jacques Battistoni, président de MG-France. « Même si les prises de rendez-vous en médecine de ville vont sans doute repartir à la hausse, nous pensons que les patients vont rester circonspects et que l’activité va reprendre progressivement », ajoute-t-il.
 

La question des recos

Comment désinfecter les locaux et le matériel ? Que faut-il désinfecter précisément ? Faut-il laver tous ses vêtements tous les soirs ? Comment garantir le maximum de sécurité au cabinet et rassurer les patients ? Comment organiser la salle d’attente ? Les questions qui se posent aux médecins généralistes sont nombreuses, au moment où ils redeviennent des acteurs centraux dans le dépistage et le suivi des patients Covid+.
Plusieurs syndicats et organismes ont émis des recommandations sur l’hygiène au cabinet et la prise en charge des patients Covid. Comme le syndicat des jeunes médecins généralistes (1), ou l’Unité d’hygiène, prévention et contrôle de l’infection (HPCi), rattachée au service de médecine préventive hospitalière (2) . Mais aussi COM-SCAPE, une société de formation réunissant des soignants, qui partage gratuitement des fiches pratiques rédigées par des soignants pour des soignants (3). Ou encore les ARS, type celles d’Ile-de-France (4). Le tout étant de ne pas s’y perdre entre toutes ces recos…
 
 

Les risques du déconfinement 

Une consultation spécifique post-confinement ? C’est ce que proposait il y a quelques jours le Cnom et le Collège de médecine générale. Avec les objectifs suivants : accompagner le déconfinement chez les personnes les plus fragiles, reprendre le suivi des patients atteints de pathologies chroniques, reprendre le calendrier vaccinal chez les nourrissons et accompagner les patients atteints du Covid-19.  « À MG-France, cette idée ne nous convient qu’à moitié car elle ne va pas résoudre toutes les questions sensibles liées au déconfinement », estime le Dr Battistoni. Ce dernier redoute notamment les conséquences psychologiques du confinement chez ses patients, « notamment chez les personnes anxieuses et chez les personnes qui ont besoin de beaucoup de sociabilité pour que ça aille bien ».
Autre population à risque selon lui : les adolescents, qui ont passé beaucoup de temps isolés devant leurs écrans. « Je pense qu’on va passer pas mal de temps en consultation autour de cette question : se remettre à bouger, retrouver l’usage de son corps, décrocher des écrans ». Quant aux patients chroniques qu’il a déjà revus en consultation, le Dr Battistoni observe que leurs douleurs - rhumatismales par exemple - se sont souvent réduites avec le confinement et la sédentarité, mais qu’ils ont souvent pris du poids. Un accompagnement s’impose donc pour un retour des patients à une meilleure hygiène de vie.  

1-http://www.snjmg.org/blog/post/covid-19-reponses-aux-patients-et-cat-face-a-un-cas-contact-ou-suspect-en-medecine-generale-stade-3-post-confinement/1763
2-https://www.hpci.ch/prevention/recommandations/contenu/covid-19-ambulatoire-prise-en-charge-en-cabinet-dun-patient-covid
3-https://covid.com-scape.fr/coronavirus-medecine-de-ville/
4- https://www.iledefrance.ars.sante.fr/coronavirus-covid-19-information-aux-professionnels-de-sante
 
 

Portrait de Sophie Cousin

Vous aimerez aussi

C'est l'ennemi numéro 1
Et surement pas des difficultés de l'accès aux soins...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.