Case report : une femme allaite par la vulve

Quatre jours après son accouchement, une Autrichienne de 29 ans a consulté pour une inflammation des deux côtés de la vulve, accompagnée d’une sécrétion d’un fluide « blanc laiteux »…
 

Ok, le titre était un peu putassier, mais c’est le crédo de notre nouvelle rubrique piéjaclik. Et puis, comment expliquer en quelques mots que l’accouchement d’une femme de 29 ans avait déclenché chez elle une lactation d’un tissu mammaire ectopique situé dans la région vulvaire ? Le cas, publié dans la revue Obstetrics & gynecology, est particulièrement rare. Suffisamment pour qu’il fasse l’objet d’une première pour les obstétriciens de l’hôpital de Linz (Autriche).

Est-ce du pus, des leucorrhées..?

Entre 1 et 5 % des individus de sexe féminin naissent avec du tissu mammaire ectopique. Mais, dans la majorité des cas, il est localisé dans la zone axillaire, et il est extrêmement rare d’en trouver sous la ceinture, précisent les auteurs de l’article.
 
Dans le cas qui nous concerne, la femme s’est rendue à l’hôpital quatre jour après son deuxième accouchement, se plaignant de douleurs et d’un gonflement bilatéral de la vulve, d’un diamètre d’environ 6 cm. Elle rapportait également l’écoulement d’un liquide « blanc laiteux ». Le Dr Richard Mayer, son obstétricien, a dans un premier temps pensé à un abcès lié aux sutures réalisées à la suite de son accouchement.

Non, c’est du lait !

Mais à la suite d’une échographie, il a remarqué avec étonnement que la zone enflammée ressemblait étrangement à du tissu mammaire en pleine lactation. En creusant un peu, il a trouvé l’origine de la douleur et de l’inflammation : l’une des sutures avait obturé un canal excrétoire lié à ce qui était donc bien une polymastie, en accord avec son observation. La douleur était donc liée à la galactostase.
 
Une fois libéré de la suture, le mamelon surnuméraire a donc pu vivre sa vie de rebelle. En l’espace de deux semaines, la douleur et l’inflammation ont progressivement diminué. La sécrétion aussi. La jeune maman a pu continuer à allaiter sans problème.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Grâce à une meilleure compréhension de la contribution des gènes à la sensibilité à la douleur, à la susceptibilité aux douleurs chroniques et...

Apporter des solutions thérapeutiques à des impasses oncologiques, c’est là le défi des nanoparticules. Dans bien des situations de cancéro...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.