Cas de contamination en hausse : une remontée et un air de déjà-vu ?

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus : la circulation virale repart à la hausse.

Mauvaises nouvelles sur le front Covid. Après 8 semaines consécutives de baisse, la circulation virale repart à la hausse. Selon le traditionnel bilan épidémiologique de l’institution, la semaine 41 marque une augmentation du taux d’incidence de 10% avec 48 nouveaux cas pour 100 000 habitants contre 44 la semaine précédente. Cette augmentation est observée pour toutes les classes d’âge mais particulièrement les plus âgées avec : « 80-89 ans (35, +33%), 70-79 ans (43, +33%) et 60-69 ans (37, +30%). Le taux d’incidence restait le plus élevé chez les 30-39 ans (67, +5%) et les 20-29 ans (60, +4%) ».

Du côté des recours aux soins pour une suspicion de Covid, la baisse observée sur plusieurs semaines s’est transformée en une stabilisation. Même son de cloche pour les hospitalisations et admissions en soins critiques.

En Outre-mer en revanche, le taux d’incidence a diminué, aussi bien en Martinique et en Guadeloupe qu’en Guyane, où le nombre de nouvelles hospitalisations diminue aussi.

Rien de nouveau dans le paysage des variants, où le Delta est toujours largement majoritaire, représentant « plus de 99% des virus séquencés sur les prélèvements interprétables des enquêtes Flash #25 et #26 des 21 et 28 septembre ».

La vaccination suit son cours avec, au 19 octobre, 75,9% de la population qui a reçu au moins une dose de vaccin et 73,9% de personnes complètement vaccinées.

Mauvais temps aussi du côté de la santé mentale : « l’enquête CoviPrev (28 septembre-05 octobre) indique que la santé mentale des Français a continué de se dégrader depuis la rentrée, avec une augmentation des états dépressifs déclarés (16%, +3 points), des états anxieux (26%, +7 points) et des problèmes de sommeil (70%, +11 points) par rapport à juillet 2021 ».

Olivier Véran reste rassurant malgré la hausse

Le ministre de la Santé était l’invité de BFMTV et RMC ce vendredi 22 octobre. Il a d’abord confirmé « une petite poussée du Covid-19 » en Europe. « Il fait froid dehors, il fait plus humide, comme tous les virus respiratoires, quand il fait froid et humide, ça circule plus, on s'y attendait », a-t-il ensuite ajouté. Olivier Véran s’est voulu rassurant, indiquant que pour l’heure, « on ne mesure pas d’impact sanitaire ». Il en a cependant profiter pour lancer un appel aux personnes éligibles à la dose de rappel à se le faire administrer pour « éviter de reconnaître des situations comme celle de l’an dernier ».

 

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. En semaine 47, la progression de l’...

Quarante ans après les premiers cas de sida, les personnes vivant avec le VIH peuvent, grâce à un accès durable à un traitement antirétroviral,...

En 2020, le nombre de découvertes de séropositivité du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes a été en forte baisse en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.