Visuchir : un outil pour savoir qui a la plus grosse (activité ambulatoire)

Visuchir Cnam Assurance maladie
C'est important de comparer !

L’Assurance maladie a mis en ligne ce mercredi un outil de visualisation de l’activité chirurgicale du millier d’établissements de santé publics et privés. Avec un focus sur l’ambulatoire.

La philosophie est désormais bien assumée : l’ambulatoire est la solution à tous les problèmes. C’est bon pour les patients, qui rentrent plus tôt chez eux, où ils seront choyés par leur proches et éviteront les vilains pathogènes qui traînent. C’est bon pour les hôpitaux, qui libèrent des lits et font des économies, et c’est donc bon pour le contribuable qui stimule son pouvoir d’achat en payant moins d’impôts, of course. L’ambulatoire, c’est la vie.

L’Assurance maladie met donc le paquet. Le 12 décembre, avec l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (Atih), elle a sorti un outil développé destiné à visualiser les pratiques de chirurgie dans les établissements de santé français : Visuchir. Ils pourront donc comparer leurs habitudes chirurgicales à celles de leurs petits camarades, par établissement, par spécialité ou encore par acte.

C’est toujours bien de se comparer

L’outil s’appuie sur les données puissantes du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI), qui mesure l’activité et les ressources des établissements de santé. La base de la bien-aimée T2A. Quatre années de données (de 2014 à 2017) sur les 1000 établissements publics et privés sont disponibles pour les comparaisons. Ce qui représente 6 millions de séjours et 8 millions d’actes par an.

Les résultats sont présentés sous forme d’infographies faciles à lire. L’outil affiche les taux d’ambulatoire, mais pas seulement. Elle indique notamment le niveau de « performance », comparé à l’ensemble des établissements français, régionaux, ou à ceux pratiquant les mêmes activités (centres de chirurgie, de lutte contre le cancer, etc.).

Visuchir

Un outil pour le dirlo ?

Visuchir permet donc de « poser un constat et des perspectives communes, tant en interne entre directeurs, médecins et soignants, qu’en externe entre l’ARS, l’Assurance maladie et les représentants des établissements », explique la Cnam dans un communiqué.

L’outil est précis et puissant, et la Cnam a prévu un tutoriel vidéo complet. Mais « en même temps », il est assez évident qu’il a été conçu par des institutionnels. Pas franchement funky dans l’apparence, pas d’appli mobile. Et, pour vous éviter de chercher, WUD se sent obligé de vous aider : il faut cliquer sur « visualiser les résultats » pour y accéder (on a cherché un lien vers une appli mobile pendant un moment…).

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

La planète des app' santé est en ébullition, pour les patients en premier lieu, petits et grands. Un cas de clinique-fiction pédiatrique... pas si...
intelligence artificielle radiologue imagerie cancer

Deux intelligences artificielles ont démontré leurs compétences pour la lecture de mammographies et de biopsies de ganglions lymphatiques. IA ou...

Qu'est-ce que le géant propose en santé ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.