Urgentistes : la fuite vers le privé s'accélère

Presse auscultée. Le Monde consacre un reportage à ces médecins urgentistes qui, épuisés, quittent le service public pour le privé. 

Burn-out, concurrence des intérimaires, salaires peu mirobolants... De plus en plus nombreux, des urgentistes, la mort dans l'âme, quittent le service public pour rejoindre le privé. "En Ile-de-France, au moins 119 urgentistes ont démissionné l’année dernière, contre 73 en 2017 et 43 en 2015, selon une enquête flash publiée par l’agence régionale de santé en juin. Des hôpitaux comme Mulhouse ou Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont récemment dû faire face à des départs massifs d’urgentistes, contraignant à des délestages vers les hôpitaux voisins", rapporte Le Monde. La suite ici. 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

temps partiel, intérim, assistant, PH
Flexibilité du temps de travail, bonne rémunération, possibilité de faire de l’intérim… Pour les spécialités à gardes, le temps partiel a tous les...
En colère, elles défilent aujourd'hui pour une meilleure reconnaissance.
Véhicule sanitaire en freinage d'urgence
La ministre de la Santé a annoncé la suspension temporaire de la réforme des transports sanitaires, en butte à l’hostilité des petites sociétés d’...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.