United colors of méd’gé

Interviews de Philippe Zonca, médecin généraliste installé À Paris IVe depuis 1985, de Alexis Duroyon, médecin généraliste remplacant depuis 2010 et du Dr Alex Warner, médecin généraliste À Londres

Plus c’est long, plus c’est bon ?
Combien de temps passez-vous avec vos patients en consultation ?
What is the average time you spend with your patients in a consult ?
Dr Philippe Zonca Entre 15 et 30 minutes, parfois une heure.
Dr Alex Warner My appointments are normally ten minutes.
Dr Alexis Duroyon En tant que remplaçant, j’essaie de respecter l’emploi du temps du médecin que je remplace. En moyenne, mes consultations durent 20 minutes.

Patients ou Clients ?
Arrivez-vous à consacrer un temps suffisant aux patients, sans que cela ne limite vos revenus ?
Do you manage to give enough time to your patients, without restricting your wages ? How ?
Dr P. Z. Oui, car il y a un mix entre pathologies complexes, chroniques et pathologies plus faciles. De plus, le secteur 2 permet de prendre son temps en raison d’honoraires plus importants. C’est sûr, on voit moins de patients qu’en secteur 1.
Dr A. W. The way that we are paid is not directly linked to the number of patients that we see, but there is always a lot of time pressure and most GPs would like to have longer appointments. I would often arrange several follow up appointments for patients with complex problems and who need more time.
Dr A. D. Oui. Tout dépend du revenu ciblé. J’estime gagner correctement ma vie et je refuse parfois certains remplacements.

Strictement professionnel… Ou pas ?
Avez-vous des activités extra-professionnelles avec certains de vos patients ?
Do you share any activity outside of work with some of your patients ?
Dr P. Z. J’évite de transformer mes patients en amis intimes, je me trouve plus efficace avec de la distance. Mais parfois, des amis deviennent patients. Je trouve cela plus compliqué, surtout en cas de lourds problèmes de santé.
Dr A. W. No, I think it’s important to keep things separate. That’s easier working in a big city though it would be more difficult in a small town.
Dr A. D. Oui et non. Je vois en consultation certaines connaissances, amis de façon occasionnelle. Si un ami me demande de le suivre, je l’oriente vers un médecin installé. Je ne cherche pas et ne souhaite pas partager des activités professionnelles avec mes patients. Mais en tant que remplaçant, je ne choisis pas ma patientèle.

Old school or on Network ?
Utilisez-vous Internet, les nouvelles technologies d’informations pour la prise en charge et l’information de vos patients ? 
Do you use the Internet and/or other new information technologies to treat or inform your patients ?
Dr P. Z. Oui, mais j’ai très peur du tout-Internet.
Dr A. W. More and more. Many of my patients will have already looked for information online, before they come to see me and that can often be very helpful. I think it’s really important to be able to direct patients towards good quality medical information on the Internet. There are also plans here for patients to be able to access their own medical record online in the near future.
Dr A. D. J’utilise Internet de manière générale pour me former et donc indirectement pour la prise en charge des patients. Il m’arrive également d’aller chercher des informations sur le Net au moment de la consultation, lorsque le patient me pose une question précise pour laquelle je n’ai pas la réponse. Par exemple, je vais sur le site de la diplomatie française (et je montre le site) aux patients qui me demandent des conseils pour un voyage à l’étranger, dans un pays que je ne connais pas. J’ai également un smartphone avec des applications type Vidal que j’utilise au quotidien dans mon travail.

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.