Une pharmacienne condamnée à 10 K€ et 4 mois de prison pour avoir vendu des masques FFP2

Une pharmacienne d'Issy les Moulineaux avait vendu des masques FFP2, alors que ces derniers étaient réquisitionnés. Elle a écopé de 10 000 euros d'amende et de quatre mois de prison avec sursis, mais s'estime victime d'une injustice. 

L’affaire n’est pas banale. Une pharmacienne d’Issy a été condamnée pour vente de masques FFP2 le 2 avril dernier. Elle avait en effet vendu ces masques sur prescription médicale à des personnes fragiles. Or le décret du 13 mars 2020 stipule que les « masques de protection respiratoire de types FFP2, FFP3, N95, N99, N100, P95, P99, P100, R95, R99, R100 et les masques anti-projections produits entre la publication du présent décret et le 31 mai 2020 sont réquisitionnés ».
Cette pharmacienne a été condamnée à 10 000 euros d’amende et quatre mois de prison avec sursis. «  Le préfet a ensuite ordonné 15 jours de fermeture administrative avec l'affichage en vitrine », précise le communiqué de l’avocat Maitre Di Vizio, qui défend cette pharmacienne en justice.
 

Sur le sujet relisez notre article ici

Mais ce n’est pas tout : elle est aussi, actuellement, poursuivie par le conseil de l’ordre des pharmaciens, pour les mêmes faits. Une erreur judiciaire pour son avocat, Maitre Di vizio. Car « le décret relatif à la réquisition des masques ne concernait que les personnes morales. Or, la pharmacienne est une personne physique, qui n'exerce pas en société. elle n'était donc pas concernée par les réquisitions ». Et d’ajouter : « Le 2 avril, et alors que la réquisition ne concernant que les personnes physiques, il ne pouvait s'agir que d'une condamnation « à titre d'exemple », médiatisée dans le seul but de faire peur. Il fallait un coupable, et vite ! Mais quand on fait vite, et sous l'emprise d'émotions, on peut apparemment oublier… de lire les textes et prononcer par conséquent un jugement juridiquement inviable ! »
Maitre Di Vizio engage ce 13 août une procédure en recours indemnitaire près du Tribunal administratif. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Le centre hospitalier Longué-Jumelles (Maine-et-Loire) pourrait être repris par un groupe privé à l’issue d’un « appel à repreneur...
... ou adeptes du carpe diem ?
Après l’AP-HP et le CHU de Nantes, les services des urgences des établissements de Strasbourg, Mulhouse, Altkirch ou de la Croix-Rousse (Lyon) sont...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.