Un anapath américain accusé de trois homicides involontaires

Un ancien anatomopathologiste d’un hôpital militaire de l’Arkansas (États-Unis) est poursuivi pour trois homicides involontaires après le décès de trois patients dont les dossiers avaient été falsifiés à la suite d’erreurs de diagnostic. Il en aurait fait plus de 3000…

Les médecins vivent toujours avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : celle de l’erreur médicale. Mais au-delà de 3000, autant arrêter de s’inquiéter… Le Dr Robert Morris Levy, un anatomopathologiste américain en est à ce point, et est actuellement poursuivi pour trois homicides involontaires.
 
Les trois cas sont liés à de mauvais diagnostics réalisés dans un hôpital militaire de l’Arkansas, le Veterans health care system of the Ozarks. Pour l’un des trois cas faisant l’objet de poursuites, le patient serait décédé d’un cancer de la prostate passé entre les filets du Dr Levy.

Dr Robert Morris Levy (Washington County Sheriff's Department)

Formol et 2-méthylbutan-2-ol

L’anapath était loin du modèle de rigueur. En juin 2018, un passage en revue de son travail réalisé depuis 2005 a révélé que sur les 33 902 analyses qu’il a effectuées, plus de 3000 comportaient des erreurs ou de mauvais diagnostics. Sur ces 3000, une trentaine auraient eu des conséquences importantes sur la santé des patients.

À lire aussi : Une fausse médecin américaine cause la mort de 105 bébés

Le médecin n’était pas juste incompétent. Il travaillait régulièrement sous l’emprise de l’alcool. Il avait d’ailleurs été suspendu sur ce motif à deux reprises, en mars 2016 et octobre 2017. Et il était finalement plus malin que ses dossiers le laissent penser : pour ne pas se faire choper en état d’ébriété, le petit coquin ne buvait pas de l’alcool standard, mais du 2-méthylbutan-2-ol, un alcool tertiaire indétectable dans les dépistages de routine.
 
Le bonhomme avait l’habitude de couvrir ses traces. Enfin, de tenter (il n’était visiblement pas très doué) : il est également poursuivi pour des accusations concernant une douzaine de fraudes informatiques, et autant de fraudes postales. Tous ces délits seraient liés à des tentatives de dissimulation de son addiction à l’alcool, d’après une déclaration du procureur fédéral de l’Arkansas.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Vacances inter-AP
Démenti des idées recues
... Et l’élection américaine

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.