Trophées de la santé mobile : « Le marché fait sa crise d’ado »

Entre croissance anarchique et signes de maturité

Les Trophées de la santé mobile 2018 récompenseront les meilleures applications et objets connectés santé, le 9 février prochain. L’occasion pour Guillaume Marchand, l’organisateur de l’évènement, de faire un état des lieux du marché, qu’il estime au seuil du déploiement.

Objets connectés et applications mobiles ont envahi le quotidien de millions de Français. Les applications ont été parfaitement adoptées, et les montres, réfrigérateurs, équipements de sport, voitures et systèmes de chauffage domestiques sont déjà bien installés sur le marché. Du côté de la santé, tout est toujours un peu plus lent. Mais plus de 100 000 applications santé existent déjà, avec plus ou moins d’utilité. Souvent moins que plus, d’ailleurs.

Mais certaines sortent du lot, et présentent un bénéfice réel pour le grand public, les patients et les professionnels de santé. C’est aussi désormais le cas des objets connectés, qui commencent à s’installer dans le paysage médical. Tous ces outils santé seront récompensées lors de la 5e édition des Trophées de la santé mobile 2018, le vendredi 9 février à l’IUT de Paris Diderot (18e).

Santé geek

Depuis le début des années 2010, le marché était en phase de constitution. « Il y a quelques années, personne n’avait vu un tensiomètre connecté à l’hôpital, par exemple », note Guillaume Marchand, fondateur de la start-up dmd Santé, qui organise l’évènement. « Le marché entre maintenant dans une phase opérationnelle. Nous avons assisté à un saut quantique du côté des industriels, qui ne font plus de la santé connecté seulement pour en faire. En 2018, elle sort de ce côté geek pour s’ancrer dans une phase de déploiement, et pour répondre à une véritable demande ».

Même si une grande partie des produits sont inutiles, et non conformes aux exigences spécifiques de la santé, le marché affiche des signes de maturité, estime Guillaume Marchand. « Il fait sa crise d’ado ! » Pour filer la métaphore, l’ado a besoin d’être cadré et de passer des examens, avant d’être prêt pour sa vie d’adulte.

20 000 euros par gagnant

Les Trophées de la santé mobile y participeront, en récompensant des produits qui présentent un intérêt réel. Avec plusieurs objectifs, explique l’expert. Offrir un lieu de mise en lumière de produits intéressants et dont le bénéfice a été validé, proposer des espaces de démonstration, et organiser des débats sur l’impact du numérique dans le secteur de la santé.

Huit récompenses seront distribuées, avec une idée importante en arrière-plan : les capacités du dispositif à être réellement adopté. Trois seront attribuées à des applis – patients et grand public, professionnels, et outils de suivi, une catégorie « en plein essor » –, et trois à des objets connectés (sommeil, appareils de télésuivi cardio-pulmonaire, et diabète). Un grand trophée et le coup de coeur du jury viendront compléter la remise des prix.

À la clé pour les gagnants : plus de 150 000 euros à se partager en conseil et accompagnement – pour aider les développeurs à se conformer aux normes en vigueur et à celles à venir –, en labellisation et en communication.

Débats, visites et cocktail

La journée est ouverte à tous. « Le public est très panaché », se félicite l'organisateur. « Entre des médecins, de l’externe au PU-PH, des infirmiers, des décideurs politiques, des industriels, des gérants du domaine de la santé en provenance des ARS, des hôpitaux… C’est intéressant de réunir tout le monde ! »

Pour les médecins, il recommande en particulier la table-ronde sur la formation au numérique des professionnels de santé, à 14h. Des visites de l’IUT et de ses mannequins et simulateurs de formation sont aussi prévues. Mais pour tout cela, il faut s’inscrire en cliquant ici. Tout est gratuit, même le cocktail en fin de journée !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

MG France Doctolib rdv note patient praticien
Le syndicat de médecins généralistes MG France dénonce la plateforme de prise de rendez-vous. Celle-ci demande aux patients de noter leur praticien....

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.