Trevi et une seule mort

Article Article

Critique de Marcello Mio, de Christophe Honoré (sortie le 22 mai 2024)
Lors du tournage d’un spot publicitaire parodiant La Dolce Vita, l’actrice Chiara Mastroianni ressent brutalement et intensément un profond mal de père. Dès lors, elle n’aura de cesse de se reconnecter, jusqu’au mirage, à cette figure qui représente son manque.  

Trevi et une seule mort

Marcello Mio, de Christophe Honoré

© DR

Entre déclaration d’amour aux acteurs - et à son actrice fétiche - et sensible métaphore du souvenir que les morts lèguent aux vivants et que les vivants doivent aux morts - entre deuil et héritage - Christophe Honoré, sous couvert de légèreté insolente, sublime le pastiche de son milieu pour nous toucher au cœur. 

Dès le prologue, l’on reconnaît la patte Honoré. Une façon de planter un décor dont on pressent qu’il se plaira, avec une agilité faussement désinvolte, à le tordre dans tous les sens. Un environnement balisé, parisien autant que celui de Plaire, aimer et courir vite était provincial. Une coulisse sur l’imaginaire, le rêve et le souvenir, comme la Chambre 212 dont ce Marcello Mio semble être le prolongement. 
 

« Chiara croit-elle en sa douce identification, s’y laisse

Cet article est réservé aux abonnés
Alors abonnez-vous : c'est 100% gratuit

Magazines
  • Accédez à tous nos contenus premium (classement, magazine...)
  • Déposez une annonce de recrutement gratuitement
  • Accédez au forum spécial médecin

Les gros dossiers

+ De gros dossiers