TPG : les syndicats perdent leur temps

Et Agnès Buzyn fatigue

Ça pédale dans la choucroute sur le TP(G). La réunion organisée au ministère avec l’ensemble des acteurs concernés n’a rien donné de nouveau. Chou blanc pour les syndicats, et Jean-Paul Hamon fatigue.

Ce mercredi, les syndicats médicaux (CSMF, SML, Le Bloc, MG France, FMF) étaient réunis au ministère de la Santé pour discuter du développement du tiers payant, avec les représentants des autres professionnels de santé (maïeutique, kiné), des mutuelles, des éditeurs de logiciels, la Direction de la sécurité sociale (par Mathilde Lignot-Leloup, sa directrice), ou encore la Cnam.

Tout le gratin, donc, en vue de l’élaboration d’un rapport promis avant le 31 mars par Agnès Buzyn. Et à la clé, de la déception pour les syndicats de médecins, en tout cas pour la FMF et Jean-Paul Hamon, contacté par What’s up Doc à la sortie de la réunion. « On n’a pas bougé d’un iota en quatre ans », répond-il avec lassitude, ajoutant que la ministre semblait régler ses pas sur ceux de son prédécesseur, et que ses conseillers s’éloignaient de la pratique médicale. « On a le sentiment de perdre notre temps, c’est extrêmement décevant et épuisant ».

Le flux quoi ?

Pas d’avancée, mais pas de recul non plus. « Il a été intégré dans le rapport que le tiers payant se ferait sur la base du volontariat, donc au moins là-dessus, nous avons été entendus », reconnaît-il. Mais il regrette que les propositions émanant des médecins, destinées à faciliter l’adoption du tiers payant et sur lesquelles semblent s’accorder les syndicats, n’aient pas été étudiées.

Aucune garantie n’a été formulée sur la mise en place d’un flux unique de paiement. « Les mutuelles ne semblent pas y être disposées », estime le président de la FMF, qui aimerait que des efforts soient faits de ce côté. « Ils feraient bien de mettre au pas les mutuelles, dont certaines mettent un temps considérable pour un tiers payant : la mutuelle de la Police, celle de l’Académie de Versailles – qui met trois ans à rembourser les médecins –, ou celles des collectivités territoriales ».

Coup de fatigue

Rien pour le flux unique, donc, et rien non plus à propos des cartes de paiement différées. « C’est un moyen de paiement comme un autre, transparent, qui permet les compléments d’honoraires, qui préserve le remboursement du patient… Je ne vois pas ce qu’on pourrait proposer de mieux », soupire Jean-Paul Hamon. « Mais on préfère faire des cadeaux aux mutuelles et aux laboratoires pharmaceutiques que d’investir sur les médecins ». L’élargissement du tiers payant à d’autres populations aura du mal à passer chez les médecins tant que le système de paiement ne sera pas normalisé, et tant que le nombre de rejets restera élevé.

La ministre de la Santé était présente, « un petit quart d’heure avant de se rendre à l’Assemblée pour les questions au Gouvernement ». Pas longtemps, donc, mais suffisamment pour lâcher une petite phrase qui n’a pas manqué de faire réagir. « La ministre nous a dit que le tiers payant allait redonner du temps médical aux médecins », rapporte avec ironie le président de la FMF.

Plus tard dans la journée, dans un lapsus qui a créé l’hilarité générale à l’Assemblée nationale, Agnès Buzyn a confondu « députés » et « retraités ». On a tous besoin d’un peu de repos, de temps en temps !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le tiers-payant généralisé ou la colère de Patrick Gasser
Les joies de la responsabilité civile professionnelle
465 cas : c'est le nombre de reprises chirurgicales recensées dans, les dossiers de sinistralité entre 2002 et 2014 par le Cabinet Branchet pour les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.