Salaire à l’hôpital : les grilles bougent !

Le Ségur de la Santé, voté en juillet 2020, a donné lieu à des augmentations salariales pour les praticiens hospitaliers. Les échelons ont été révisés, avec pour objectif de renforcer l’attractivité des carrières hospitalières. Mais tous les PH n’ont pas obtenu gain de cause… Retour sur les dernières évolutions.  

C’était LA nouvelle tant attendue de l’été. Après des années de stagnation salariale et de protestations syndicales, enfin, les émoluments des praticiens hospitaliers ont évolué. La mesure a été actée dans le cadre du Ségur de la Santé, voté en juillet 2020 en plein contexte d’épidémie. Elle prévoit une enveloppe de 450 millions d’euros pour booster les salaires des médecins hospitaliers. De quoi faire rêver.
 
Les nouvelles grilles
Le décret et l’arrêté ont été publiés le 29 septembre au Journal Officiel, pour une entrée en vigueur au 1er octobre. De nouvelles grilles fixent la rémunération des praticiens hospitaliers à temps plein et à temps partiel, avec une grande nouveauté : la suppression des trois premiers échelons, et à la clé, des reclassements pour les médecins bénéficiant de la réforme.
 
Désormais un PH à temps plein qui démarre sa carrière à l’échelon 1 perçoit 52 933 € brut annuels - contre 49 568 € dans l'ancienne grille. Les PH d’échelons 2 et 3 voient aussi leur salaire revu à la hausse. Ces premières mesures visent un objectif : revaloriser les débuts de carrière, attirer les jeunes recrues à l’hôpital, alors que près de 30% des postes de PH sont vacants.
 
Les oubliés…
Mais cette réforme ne s’applique qu’aux praticiens nommés avant le 1er octobre 2020. Pour les autres, son annonce a eu un goût particulièrement amer. Pour atteindre le premier échelon de la nouvelle grille, les PH titularisés avant le 1er octobre 2020 doivent avoir au moins 6 ans d’expérience ! Alors que les nouveaux titularisés peuvent prétendre à cette rémunération dès leur première année de titularisation. Des situations qui peuvent donner lieu à des différences salariales allant jusqu’à 500 € entre « anciens » et « nouveaux PH », à expérience égale. De quoi faire grincer les dents, cette fois !
 
Les médecins en fin de carrière semblent aussi lésés, puisque les derniers échelons n’ont pas été revalorisés. Dans la nouvelle grille, à l’échelon 10, les PH touchent 90 009 € annuels - ce qui correspond à l’échelon 13 de l’ancienne grille. Mais le gouvernement a promis de créer trois échelons supplémentaires à partir du 1er janvier 2021, avec des revalorisations importantes : 5000 € bruts annuels pour le premier et le deuxième, 7000 euros pour le dernier (des montants qui restent à confirmer, avec la parution des décrets). Objectif : endiguer la fuite des hospitaliers vers le privé.
 

Dans le détail…
 
Côté PH à plein temps
• Avec moins de 2 ans d’ancienneté, on démarre au premier échelon avec 4411 € brut par mois, contre 4130 € dans l’ancienne grille.
• Au deuxième échelon (2 à 4 ans d’ancienneté), la rémunération grimpe à 4607 €, soit 400 € de plus qu’avant.  
• Au troisième échelon (4 à 6 ans d’ancienneté), le PH gagne 4930 € par mois, contre 4300 € dans l’ancienne grille.
• Tous les 2 ans jusqu’à l’échelon 9, il perçoit une augmentation comprise entre 200 et 400 €.
• L’échelon 9 (entre 16 et 20 ans d’ancienneté) est rémunéré 7182 € brut par mois.
• Tout en haut de la grille (au-delà de 20 ans d’ancienneté), c’est l’échelon 10, avec un salaire de 7500 €.
 
Côté PH à temps partiel
• Le premier échelon démarre à 2647 € brut mensuels, contre 2478 € dans l’ancienne grille.
• Le deuxième échelon est rémunéré 2764 €, soit environ 244 € de plus qu’auparavant.
• Le troisième échelon, accessible à partir de 4 ans d’ancienneté, est lui aussi revalorisé : il passe à 2960 € brut par mois. 
• Tous les 2 ans jusqu’à l’échelon 9, il perçoit une augmentation comprise entre 100 et 500 €.
• A l’échelon 9 (entre 16 et 20 ans d’ancienneté), il perçoit 4309 €.
• Le dernier échelon (au-delà de 20 ans d’ancienneté), le dixième, est rémunéré 4500 €.
 
=> A ces émoluments peuvent s’ajouter les indemnités de gardes et astreintes, qui n’ont pas été augmentées : 264 € (473 € s’il s'agit d’une plage additionnelle)
 

Pour en savoir plus sur les rémunération hospitalières, téléchargez notre Guide à destination des médecins hospitaliers en complétant ce formulaire ou en répondant à notre Quiz interactif.

Un article en partenariat avec l'Association Pour les Praticiens hospitaliers et Assimilés

Portrait de Marion Guerin

Vous aimerez aussi

Le CHU de Bordeaux a admis le premier patient Covid hospitalisé en France, en janvier 2020. Depuis un an et demi, l’établissement est plongé dans le...

Aurélien Simon, pneumologue, est chef de l’une des Unités Covid du CHU de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Peu mis en avant durant la crise sanitaire...

L’Ordre a tranché. Tous les médecins hospitaliers doivent remplir leur dossier de DPC pour les périodes triennales de 2017-2019 et 2020-2022. Une « ...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.