Référence au nazi mengele : le collectif Laissons les prescrire droit dans ses bottes

Si Martine Wonner, médecin et membre du collectif Laissons les prescrire, trouve la référence à Mengele, brandie par ledit Collectif, "insupportable", mais "vraie factuellement", le Collectif Laissons les prescrire ne retire rien de son tweet. 

Sollicité par WUD suite au tweet polémique faisant référence au médecin nazi Josef Mengele, le collectif Laissons les prescrire n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien, mais le Dr Martine Wonner, membre du collectif et députée, a eu la délicatesse de nous appeler, pour donner sa version des faits quant à la polémique.

Pour Martine Wonner, cette référence à Mengele « est insupportable au sens de l’histoire, mais reste factuelle ». Elle ajoute : « Savez-vous que des personnes juives ont liké, pour qui cela ne pose aucun problème ? » Elle rappelle ensuite que le Collectif Laissons les prescrire « est laïc, apolitique ». Ce collectif avait été créé pour que les médecins puissent prescrire librement, notamment pendant le stade épidémique de Covid19, de l’hydroxychloroquine, contre la Covid19. « Nous avons gagné notre combat pour prescrire selon la science, les deux decrets de Véran (restreignant l'accès à l'hydroxychloroquine, NDLR) ont été balayés après la sortie de l’état d’urgence », détaille Martine Wonner, députée du bas rhin.
Revenant à la polémique à propos de Josef Mengele, Martine Wonner explique qu’«à titre personnel, je n’aurais pas utilisé cette référence, mais le seul objectif de ce tweet était de rappeler qu’il ne faut pas oublier l’histoire, car c’est ce qui se passe actuellement en Australie, on sépare les enfants des familles (comme les nazis séparaient les enfants de leurs familles, selon le tweet de Laissons les prescrire, NDLR). Cette référence a provoqué une sur-réactivité émotionnelle. » Quant au Collectif, il a publié deux tweets en guise de communiqués de presse, pour ne rien retirer de ses propos. La référence à Josef Mengele tendait à assimiler les méthodes actuelles de prévention de la transmission du Covid19 (en isolant les personnes âgées et fragiles), aux méthodes nazies. « Si des pleutres déforment nos propos ou ne veulent pas comprendre, ceci est de leur responsabilité », explique-t-il, laconique.

L'Ordre des médecins a par ailleurs condamné le tweet de Laissons les prescrire :

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Elisabeth Borne

Le gouvernement « retient bien toutes les propositions » de la « mission flash » sur les urgences, qui préconise 41 mesures pour désengorger les...

François Braun rend sa Mission Flash

Des bras, des budgets, du tri : la "mission flash" sur les soins non programmés a remis jeudi à Matignon ses 41 propositions pour surmonter un été "à...

La justice française reconnaît l'Etat fautif de ne pas avoir stocké assez de masques avant la pandémie de Covid, mettant en cause de façon sans...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.