Quand l’hôpital fait la charité

Les Restos du coeur en profitent

Le CHU de Montpellier a passé un accord avec les Restos du coeur de l’Hérault. Les surplus alimentaires de l’hôpital seront mis à disposition de l’association. Des agents bénévoles aideront également à la distribution des repas le 28 mai.

À force de parler des problèmes de l’hôpital, des salaires de ses agents, de l’engorgement des urgences ou des effets pervers de la T2A, on en oublierait parfois son rôle premier, lié à l’étymologie du mot : l’accueil des pauvres, des indigents.

Si les budgets ne permettent plus aux hôpitaux d’investir dans la charité, le CHU de Montpellier a décidé qu’il pouvait faire quelque chose qui ne lui coûte pas grand chose : valoriser son surplus alimentaire. Il a ainsi signé une convention avec les Restos du coeur de l’Hérault, « Antigaspi alimentaire », qui prévoit la mise à disposition de la nourriture non consommée dans l’hôpital à la faveur des Restos et de ses bénéficiaires.

Chaque jour, la centrale de production alimentaire du CHU produit 7 000 repas. Les aléas de consommation, difficiles à anticiper, sont responsables d’un gâchis inévitable. Les plateaux-repas non distribués dans les services seront donc mis à disposition des Restos, sous réserve que les conditions de transport et de conservation soient conformes aux normes règlementaires. Une centaine de repas pourraient être délivrés chaque semaine.

Ils rejoindront la plateforme de distribution mise en place quotidiennement sur le parking des Arceaux, à côté de la Promenade du Peyrou, à Montpellier. Chaque jour, un camion y distribue près de 200 repas complets.

Le 28 mai, des agents hospitaliers bénévoles de la centrale alimentaire du CHU valideront ce nouveau partenariat en aidant l’association : ils distribueront eux-mêmes 250 repas préparés par leurs soins.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.