PMA pour toutes : les demandes augmentent, le délai de prise en charge aussi

Article Article

Les demandes de procréation médicalement assistée avec don de gamètes progressent encore, tout comme les délais d'attente, deux ans après la promulgation d'une réforme qui a ouvert la procédure à toutes les femmes, indique jeudi l'Agence de la biomédecine.

PMA pour toutes : les demandes augmentent, le délai de prise en charge aussi

© iStock

Les demandes de première consultation pour une PMA de la part de couples de femmes et de femmes seules ont bondi de 25%, (7 216 demandes) entre le second semestre 2022 et le premier semestre 2023, selon l'agence.

Elle a recensé au total, à fin juin, près de 30 000 demandes de ces nouveaux publics, formulées depuis l'entrée en vigueur de la loi bioéthique en août 2021, qui a ouvert l'accès à cette procédure.

Un mois en plus 

"La demande reste extrêmement forte" depuis la promulgation de la loi. Il s'agit d'"une demande sociétale qu'il faut prendre en compte de façon durable", explique à l'AFP Marine Jeantet, directrice générale de l'Agence de la biomédecine.

Parmi les femmes seules, plus de la moitié des demandeuses sont âgées de 35 à 39 ans, tandis que 7% ont entre 18 et 29 ans, 18% entre 30 et 34 ans et 18% entre 40 et 45 ans.

Pour les couples de femmes, la répartition est "assez équitable" : 29% ont entre 25 et 29 ans, 29% entre 30 et 34 ans et 24% entre 35 et 39 ans.

En ce qui concerne les couples femmes/hommes, la majorité des demandeuses se situe entre 30 et 39 ans (67%).

Le délai moyen de prise en charge s'allonge lui aussi: entre le second semestre 2022 et le premier semestre 2023, il passe de 14,4 à 15,8 mois pour une PMA avec don de spermatozoïdes et de 23 à 23,8 mois pour une PMA avec don d'ovocytes.

Les dons de spermatozoïdes insuffisants

"Nous avons renforcé les moyens des centres, le gouvernement a fait un effort de financement" mais il y aussi de recrutement de personnels, indique Marine Jeantet.

Parmi les 5 400 demandeurs en attente de prise en charge avec don de spermatozoïdes, figure 41,1% de couples de femmes, 40,2% de femmes seules et 18,4% de couples hétérosexuels.

Le nombre de candidats (autour de 600) au don de spermatozoïdes reste stable "mais n'est pas suffisant pour faire face à l'augmentation massive" des demandes, pointe l'agence.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/wistim-la-petite-revolution-digitale-du-parcours-de-pma

Le nombre de candidates au don d'ovocytes est lui en légère hausse (506 femmes au premier semestre 2023, contre 495 au semestre précédent).

Une campagne d'information en cours pour inciter les jeunes et les personnes devenues récemment parents à faire des dons de gamètes se poursuit jusqu'en janvier.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers