Panne des numéros d’urgence : feu Orange et « défaillances »

Après la panne, l’enquête de l’État. Ce jeudi 22 juillet, un rapport a été publié, revenant sur la panne massive qui a secoué le monde des urgences le 2 juin dernier.

Manque d’action, manque de réaction. Le rapport du gouvernement à la suite de la panne des numéros d’urgence du 2 juin pointe du doigt la responsabilité de l’opérateur. Et il n’est pas tendre. Manque de préparation et « réactivité insuffisante », Cedric O, secrétaire d’Etat au Numérique a fait mention « d’insuffisances de la part de l’entreprise ».

Le grave incident en question, dû à un « bug » logiciel selon l’enquête interne d’Orange, avait empêché environ 12 000 appels d’aboutir, soit 11% du total entre 16h45 et minuit. Le 15, le 17, le 18 et le 112 ont été impactés. Six décès sont potentiellement liés à cette panne.

Le rapport du gouvernement a été piloté par l’Agence publique de la sécurité informatique française (Anssi). Le rapport interne comme celui du gouvernement ont tous écarté la piste de la cyberattaque L’Anssi reproche à l’opérateur une mauvaise préparation de l’intervention technique face à un tel bug mais également une réaction trop lente.

Après l’erreur place à la leçon, pour qu’une telle situation ne se représente plus. La mise en place d’un système de remontée d'alerte et une supervision technique spécifique aux numéros d'urgence a notamment été évoquée. Des tests systématiques avant toute intervention technique sur des équipements critiques font également partie des pistes de réflexion.

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Épidémie, an 2. Didier Raoult sévèrement mis en cause par un avis du Comité d'éthique du CNRS ; épidémie contenue et « sous contrôle » au niveau...

En partenariat avec la CNAM, le groupe Point Vision vient de lancer un centre de téléconsultation ophtalmologique. Une expérimentation débutée il y a...

Épidémie, an 2. Entre traques, menaces et espoirs, la lutte contre le Covid-19 se poursuit.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.