Moins de vaccins pour les médecins

Un avis qui divise

Dans un rapport publié le mois dernier, le Haut conseil de la santé publique recommande de diminuer le nombre de vaccins obligatoires pour les professionnels de santé. Un message qui risque de diviser la communauté médicale.

Les médecins sont-ils sur-vaccinés ? C’est ce que suggère le Haut conseil de santé Publique (HCSP) dans un avis paru le mois dernier. Se fondant sur les critères d’efficacité des différents vaccins et sur le risque de contamination soignant-soigné, l’institution préconise de réduire drastiquement la liste des vaccins obligatoires pour les professionnels de santé. Un avis qui, s’il était mis en place, n’irait pas sans créer des dissensions au sein de la profession.
Petit rappel. Actuellement, l’obligation vaccinale concerne l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la typhoïde. Le HCSP conseille de conserver uniquement l’obligation vaccinale contre l’hépatite B. Les quatre autres deviendraient juste des recommandations.  « Rendre une vaccination obligatoire pour les soignants est de nature à augmenter le taux de couverture vaccinale, mais ce lien n’est pas systématique », expliquent les experts du HCSP.  « Des taux de vaccination élevés ont été rapportés chez les soignants même en l’absence d’obligation. »
Il y a ceux qui sont sceptiques...
Qu’en pensent les principaux concernés ? What’s up Doc a posé la question à des médecins. Résultat : les opinions divergent. « Je ne comprends pas pourquoi le DTPolio et la typhoïde ne seraient plus obligatoires pour les médecins alors qu’ils le sont pour le reste de la population », s’étonne Hervé Devilliers, interniste au CHU de Dijon-Bourgogne. « Je suis inquiet de voir émerger dans la population générale et chez mes confrères un rassemblement anti-vaccination. »
Une position que partage Guillaume Gobert, généraliste « D’une part,nous sommes exposés, et d’autre part nous sommes de probables vecteurs de transmission chez les patients fragiles », explique-t-il. Selon lui, réduire l’obligation vaccinale est une façon pour l’Etat de se dédouaner des responsabilités vaccinales sur le dos des médecins.
...et ceux qui y sont favorables
Juan Sebastián Suárez, généraliste à Paris, rappelle de son côté que les médecins sont déjà vaccinés durant leur enfance et qu’il n’est peut être pas nécessaire de réitérer l’opération une fois adulte. « Tant que la vaccination est maintenue dans la population générale, cela ne me choque pas », indique-t-il. Il estime que la mise en œuvre de cet avis permettrait en toute logique de faire des économies pour la société.
Pour Yannick Ruelle, cet avis est en phase avec la pratique quotidienne des médecins. « Prôner une approche qui prend en compte les risques professionnels et qui adapte la prévention au risque est une bonne initiative », avance le généraliste de Pantin.
Le HCSP étant seulement chargé d’apporter une aide à la décision, reste à savoir ce que le ministère de la Santé fera de cet avis...
Source: 

Im`ene Hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La promesse d’Emmanuel Macron sera tenue
La gestion du corps des praticiens hospitaliers par le Centre national de gestion est exigeante du fait de leurs effectifs, de leurs attentes...
Les bienfaits de la power nap

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.