Les pénuries de surblouses et de gants menacent

Le collectif Santé en danger tire la sonnette d'alarme : surblouses et gants commencent à manquer, comme il y a quelques mois, en pleine épidémie de Covid19...

Le Dr Arnaud Chiche, président du Collectif Santé en danger, est au désespoir. Fondateur de ce groupe de soignants de quelque 85000 membres, il dénonce une pénurie de surblouses dans de nombreux établissements de santé français. « Nous n’avons pas de surblouse pour nous occuper des patients Covid ! Les sacs-poubelle pour soigner des patients c’est juste invivable pour les soignants ! », éructe-t-il. Pour le coup, les administrations hospitalières et chefs d’établissements ne sont pas montrés du doigt pour leur incurie, qui aurait pu être à l’origine de cette pénurie. Non, ce manque de surblouses est le résultat de tension à l’échelle mondiale : «  Il n’y a plus de fournisseur ! Nos cliniques et nos hôpitaux essaient d’en avoir mais il n’y en a plus ! Dans certains établissements, certains utilisent des tenues en tissu, c’est le Moyen  âge ! » Le 27 juillet dernier, la députée de la France insoumise Caroline Fiat posait une question écrite au gouvernement sur cette problématique : « Plusieurs témoignages laissent penser que l'on se trouve face à une pénurie de gants latex et vinyl à venir, les surblouses habituelles sont toujours en nombre insuffisant, obligeant les personnels à travailler avec des surblouses en matière de sac poubelle, les masques FFP2 seraient eux absents de certains établissements. » Et d’ajouter : « Dans cette période d'épidémie de covid-19, elle l'interroge sur les stocks exacts de ces équipements. »

Pénurie annoncée de gants

Le ministre n’a pas pour l’heure répondu à sa question écrite. Mais il y a urgence, car, au-delà de la question des surblouses, se pose aussi la question de la pénurie annoncée de gants : « Il y a aussi une pénurie annoncée de gants, tout le monde l’annonce », s’inquiète le Dr Chiche. Qui plus est, l’État, qui fournissait des équipements de protection individuelle (EPI) aux infirmiers libéraux devrait stopper cet approvisionnement en octobre prochain. « C’est un vrai scandale ! », ajoute le Dr Chiche. De fait, ces tensions sur l’approvisionnement en gants sont ressenties à l’échelle mondiale. « Pour l'année 2020, la Malaysian Rubber Glove Manufacturers Association (Margma), un regroupement de fabricants de gants en caoutchouc malaisien d'où proviennent trois paires de gants en latex sur cinq vendues dans le monde, prévoit une augmentation de 20% de la demande mondiale », explique France info. Avec l’accélération des tests RT-PCR, la demande en gants augmente, et les prix flambent : «  "Nous les achetions entre quatre et cinq euros la boîte de 100. Aujourd'hui, ils coûtent entre 13 et 15 euros... Quand on en trouve » », témoigne un infirmier sur France info. La rentrée de septembre, avec une possible résurgence importante de l’épidémie de Covid19, risque d’être catastrophique pour les soignants et médecins.  

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le CGLPL tire à boulets rouges
Au contraire, c'est très attractif !
Par Le CISS
Pour ses réflexions sur une nouvelle approche du financement de l’innovation thérapeutique.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.