Légiste, fais-moi peur

Ciné week-end: The Jane Doe Identity, de A. Ovredal (sortie le 31 mai 2017)

Film qui débute comme un bon "horror popcorn movie" à l'ancienne mais qui se perd hélas dans une intrigue sans intérêt et, surtout, échoue à nous faire frémir. On laisse les anapaths et les légistes se mettre dans la peau des héros et nous faire part de leurs impressions...

"En avril fais ton cinéphile, en mai ne mets pas un pied au ciné"... C'est ainsi que nous pourrions résumer notre printemps du cinéma, chez What's up Doc (WUD). Après quelques très bonnes surprises, quelle accumulation de déconvenues depuis quelques semaines. Enchaîner le thriller érotico-analytique de François Ozon, un pensum hagiographique sur une philosophe et ce film raté entraînerait le phobique social le plus acharné à sortir respirer le grand air et profiter du soleil...

Ce film d'horreur, précédé de critiques plutôt flatteuses, démarre pourtant sur les chapeaux de roue. Le lieu, unique, est propice à tous les fantasmes d'amateurs de films de genre. Au sous-sol de la demeure familiale, les Tilden n'ont pas installé une entreprise de pompes funèbres, comme leurs cousins de Six Feet Under, mais...une morgue ! Le père, légiste qui ne veut pas raccrocher, enseigne les "trucs du métier à son fils, qui aimerait changer de voie mais ne sait comment le lui annoncer. La livraison d'un cadavre apparemment tout frais par la police du Comté va les confronter à une autopsie hors du commun. 

Si le début de l'autopsie de cette Jane Doe entretient un certain suspense, le spectateur est vite confronté à la maigreur du matériau. A chaque nouvelle découverte le procédé perd de son intérêt et de son intensité. On espère avoir notre dose d'adrénaline quand le film semble basculer dans l'horreur franche, mais hélas...absolument rien ou presque ne se passe. Quant à la mystérieuse Jane Doe, son secret se révèle vite aussi transparent que ses cristallins. 

Pas de quoi faire trembler dans les chaumières....

Source: 

Guillaume de la Chapelle

Portrait de Guillaume de la Chapelle

Vous aimerez aussi

Ciné week-end : Night Call, de Dan Gilroy (sortie le 26/11/2014)
Critique de "Douleur et Gloire", de Pedro Almodovar (sortie le 17 mai 2019).
Ciné week-end: Voyage en Chine, de Z. Mayer (sortie le 25 mars 2015)

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.