"Le Pr Raoult devrait être interdit d'exercice", pour le président de FakeMed, Cyril Vidal

Tisane miracle, médicaments à l’efficacité non prouvée, masques farfelus… l’épidémie de Covid-19 est propice aux tentatives d’arnaque en tout genre. À tel point que la DGCCRF a créé en juillet une « task-force de lutte contre les fraudes et escroqueries » (1). Le Dr Cyril Vidal, président du collectif FakeMed (2) revient pour WUD sur les traitements illusoires et/ou infondés qui pullulent.

What's up Doc. Quels traitements soi-disant anti-Covid les plus illusoires avez-vous vu passer depuis le début de l’épidémie ?

Dr Cyril Vidal. Un exemple emblématique est le Covid-Organics, fabriqué à Madagascar. Cette tisane à base d’artemisia, quinine et autres plantes utilisées dans des remèdes traditionnels comme antiseptiques et fluidifiants bronchiques, a été présentée comme efficace contre la Covid-19 par le président malgache lui-même, sachant que l’artemisia est déjà utilisée depuis longtemps contre le palu là-bas. Madagascar a produit ce remède en masse et l’a distribué sur son territoire mais aussi en Afrique et à Mayotte. En France, ce produit a été mis en avant par le Pr Christian Perronne -invité dans tous les médias- comme ayant fait ses preuves, ce qui n’est absolument pas le cas(3).

WUD. Quelles autres dérives avez-vous observé ?

Dr C. V. Ces derniers mois, les homéopathes et naturopathes ont beaucoup axé leur communication sur des traitements préventifs de la Covid. Les naturopathes ont proposé d’assainir l’environnement avec des huiles essentielles alors qu’on sait que la seule chose efficace est l’aération et mis en avant l’HE de Gaulthérie pour son action anti-inflammatoire au moment où l’on disait qu’il ne fallait pas utiliser les AINS. Dans l’Hérault, un pharmacien a même fabriqué et vendu son propre traitement homéopathique anti-Covid, mais il a été stoppé par la DGCCRF. Dans le grand Est, un médecin a proposé à ses patients des sodas aux extraits de quinquina - du tonic donc - et a été soutenu par la direction de sa clinique ! On a vu aussi des personnes comme Thierry Casasnovas, qui fait beaucoup de désinformation en santé sur Youtube, vanter les bienfaits des jus de légumes, des bains d’eau chaude et des jeûnes contre la Covid, recueillir 500 000 likes. Beaucoup de charlatans ont eu des audiences record ces derniers mois. 

Un médecin a proposé à ses patients des sodas aux extraits de quinquina - du tonic donc.

 

WUD. La très forte incertitude au sein du corps médical sur la façon de prévenir et de soigner la Covid-19 n’a-t-elle pas été du pain béni pour les tenants de fake médecine ?   

Dr C. V. Oui : la méconnaissance du virus et de la maladie, l’ampleur de la crise et la désorganisation politique se sont conjuguées pour créer un effet d’aubaine pour les FakeMed. L’absence de réponse politique claire et de cohérence gouvernementale ont gravement renforcé le problème. De même que la volonté de la population de trouver un sauveur, en temps de crise. J’ai bien peur que le pire soit devant nous concernant la désinformation médicale. Et des personnages comme le Pr Raoult ne sont pas étrangers à cela. Il est impensable que le conseil de l’Ordre n’ait pas pris des positions plus fermes et que l’ANSM ne soit pas intervenue pour porter plainte contre la diffusion de fausses informations. Entre les fraudes et les communications erronées, je considère que le Pr Raoult devrait déjà être sanctionné par une interdiction d’exercice.
 

WUD. En dehors de l’hydroxychlroroquine, que mettez-vous dans la catégorie « traitements infondés » ?

Dr C. V. Tout ce qui a été testé de façon empirique, après un raisonnement loin d’être stupide au départ : les macrolides, les héparines de bas poids moléculaires, le zinc, la vitamine C, les substituts nicotiniques…. Idem pour l’hydroxychloroquine, l’hypothèse n’est pas stupide au départ. En revanche, la manière qu’ont eu certains soignants de tester ces traitements sur quelques patients et d’en conclure que c’était efficace, ce n’est pas du tout comme ça que doit fonctionner la recherche et la communication médicales. Ces comportements erratiques risquent d’amplifier encore la crise de confiance de la population envers le corps médical.
 

Les masques les plus farfelus

Tellement énorme que ça pourrait être drôle… mais ça fait plutôt rire jaune le Dr Jonathan Favre, médecin généraliste et l’un des co-fondateurs du site Stop-postillons.fr (4), qui a vu passer des tas de masques très loin d’apporter une protection à leurs utilisateurs. Tel ce masque à fermeture éclair. Ou d’autres avec un trou en plein milieu pour boire à la paille… « J’ai vu des reportages télévisés très sérieux sur ces masques. Pourtant, c’est simple : dès qu’un masque a un trou ou une couture au milieu, il n’est pas homologué Afnor et ne protège pas contre le Covid, car il y a un risque de passage des postillons », indique le Dr Favre. Il met aussi en garde sur les visières, qui ne sont pas efficaces seules mais doivent toujours être utilisées en complément d’un masque, notamment chez les professionnels de santé très exposés, comme les dentistes.
si tu veux une photo : le masque pour boire à la paille

 
Pour en savoir plus :
1-https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/la-task-force-nationale-de-lutte-contre-les-fraudes-et-escroqueries-se-mobilise-et-propose
2-http://fakemedecine.blogspot.com/p/qui-sommes-nous.html
3-http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-artemisia-et-covid-19/
4- https://stop-postillons.fr/

Portrait de Sophie Cousin

Vous aimerez aussi

Le texte sur les soins palliatifs a fêté ses 20 ans. Un texte important qui, entre autres, en a fait une spécialité universitaire, mais qui est peut-...
Le premier directeur de Santé publique France, créée en 2016, quitte ses fonctions après trois années de bons et loyaux services.
Chaque maladie aura sa faction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.