Grève du 22 mai : mobilisation en baisse

Vous étiez o`u ?

Les chiffres de la mobilisation du 22 mai ne sont pas à la hauteur de ceux du 22 mars dernier dans la fonction publique hospitalière : 7,5 % des effectifs contre 11 %. Il faudra attendre le plan hôpital pour savoir si les revendications ont été prises en compte.

Après des manifestations organisées par les syndicats de santé seuls le 15 mai dernier, les hospitaliers étaient de nouveau dans la rue une semaine plus tard. Ils étaient cette fois-ci associés aux grévistes de la fonction publique pour la grande journée nationale d’action du 22 mai, à l’appel d’une grande partie des syndicats hospitaliers, et notamment de l’intersyndicale Actions praticiens hôpital (APH).

D’après un communiqué mis en ligne par le ministère de l’Action et des Comptes publics, le taux de mobilisation dans les hôpitaux se serait élevé à 7,5 %, personnels soignant et non-soignant, et « incluant les agents grévistes assignés dans les services ».

Non content de voir une baisse de la mobilisation par rapport à la journée du 22 mars dernier, Gerald Darmanin n’a pas manqué de rappeler les chiffres : deux mois plus tôt, ce sont 10,9 % des effectifs qui avaient débrayé.

Vers une hausse des salaires ?

Au menu des revendications : arrêt des restrictions budgétaires qui nuisent à la qualité du travail des soignants – et donc à celle de la prise en charge des patients –, une gestion plus cohérente des effectifs médicaux et paramédicaux en fonction de la demande – et non l’inverse –, et stopper la croissance du recours aux contractuels. Les personnels mobilisés demandaient également un effort sur l’attractivité des carrières hospitalières, et en particulier sur le pouvoir d’achat des praticiens hospitaliers, en nette baisse depuis les années 1980.

Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, avait accordé un entretien à Libération publié la veille de la journée de mobilisation. S’il a écarté une hausse du point d’indice pour l’ensemble des fonctionnaires, il a néanmoins reconnu que le Gouvernement était prêt « à des hausses catégorielles ciblées avec un vrai impact pour mieux accompagner, valoriser un certain nombre de métiers ».

Pour en savoir plus, il faudra attendre ce que prévoit pour l'hôpital la réforme du système de santé annoncée par Agnès Buzyn.
Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Limitation ou arrêt des traitements
Deux syndicats de praticiens hospitaliers s'indignent de suspensions abusives décidées par des directeurs d'hôpitaux. Des procédures contre...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.