Faire évoluer la loi sur la fin de vie, une "avancée humaniste" pour les francs-maçons

Article Article

Ce serait "une avancée humaniste", un "progrès", une "ultime liberté" : plusieurs obédiences franc-maçonnes sont favorables à une évolution de la législation actuelle sur la fin de vie allant dans le sens d'une "aide à mourir".

Faire évoluer la loi sur la fin de vie, une "avancée humaniste" pour les francs-maçons

 © IStock 

"Sur ces questions éthiques, chacun a son avis" et "nous ne sommes pas là pour imposer une façon de voir", affirme à l'AFP Christiane Vienne, grand maître de la Grande loge mixte de France (GLMF). "Mais d'une manière générale, il y a un courant majoritaire en faveur de « l'aide à mourir »", dont la mise en place constituerait un "progrès".

Une "aide active à mourir", à de "strictes conditions" : telle est la préconisation du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) dans un avis inédit, rendu en septembre. Et c'est dans ce cadre que se tiennent les discussions de la Convention citoyenne sur la fin de vie, laquelle devra rendre ses conclusions au gouvernement au printemps.

Au Grand Orient de France (GODF, 50 000 membres), la commission chargée des questions de bioéthique s'est prononcée pour "un dépassement et une modification de la loi" actuelle, la loi Claeys-Leonetti, a indiqué Oscar Benitez, auditionné avec trois autres obédiences par cette Convention citoyenne début janvier.

La loi, dont la dernière version remonte à 2016, autorise la sédation de malades en phase terminale et aux souffrances inapaisables. Mais elle n'autorise ni l'euthanasie, ni le suicide assisté.

Fort de la devise républicaine, Oscar Benitez a argumenté : "Avec cette loi, la liberté est incomplète - le moment (de la mort, ndlr) n'est pas choisi par les patients, car la sédation profonde ne peut intervenir qu'à l'imminence de la mort".

"L'égalité n'est pas respectée", puisque chaque Français ne possède pas forcément "la somme nécessaire" pour se rendre en Belgique, où l'euthanasie est dépénalisée, ou en Suisse, où le suicide assisté est autorisé. Enfin, "la fraternité est blessée" car "quoi de moins fraternel qu'assister aux souffrances d'un proche ?"

Aussi, "modifier la loi" serait "une avancée humaniste", a-t-il souligné, plaidant pour que cela soit un "droit opposable".

"Mourir ou être aidé à mourir selon sa conscience ou son choix est fondamentalement un droit humain", une "ultime liberté"

"Comme avant la loi sur l'IVG, nous nous retrouvons devant cette inégalité de celles et ceux qui peuvent se procurer cette substance létale ou qui ont la possibilité financière d'aller à l'étranger" et ceux qui ne le peuvent, a abondé Catherine Lyautey, grande maîtresse de la Grande loge féminine de France (13 000 membres).

Et "les craintes de dérives ne sont pas pertinentes", juge-t-elle, "compte tenu du nombre de pays qui ont déjà légiféré sur cette question et du nombre stable de demandes".

Pour Amande Pichegru, à la tête de la Fédération française du Droit humain (16 000 membres), "mourir ou être aidé à mourir selon sa conscience ou son choix est fondamentalement un droit humain", une "ultime liberté".

Et de souligner que des "droits nouveaux" pour le citoyen "n'enlèveraient aucune liberté et dignité à ceux qui ne souhaiteraient pas en faire usage".

Implantée en France depuis le XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie rassemble quelque 160 000 membres, qui, par une démarche initiatique, aspirent à "l'amélioration de l'humanité", selon les mots du GODF.

"Les obédiences qui prennent part aux débats publics travaillent depuis plusieurs années déjà" sur les questions de bioéthique et "estiment avoir une légitimité à s'exprimer" sur ces dossiers, relève Roger Dachez, historien de la franc-maçonnerie, auprès de l'AFP.

"Cela ne veut pas dire que toutes s'accordent sur les notions d'« euthanasie active » ou « passive » ou de « suicide assisté » etc.", poursuit-il. Mais, animées par "les valeurs de tolérance et de dignité de la personne humaine", elles "partagent l'idée qu'on puisse décider souverainement de sa vie".

Quel poids auront-elles dans la décision ?

"Depuis la fin de la IVe République, l'influence de la franc-maçonnerie sur le politique s'est considérablement réduite", note Roger Dachez.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/est-un-service-associe-la-mort-mais-plein-de-vie-immersion-en-soins-palliatifs-ou-les

Les représentants des cultes ont exprimé leurs inquiétudes, estimant qu'une "aide active à mourir" constituerait une "rupture" majeure.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers