Ethiopie : l'OMS dénonce les violences en Amhara qui "entravent l'aide humanitaire"

Article Article

"Les violences en cours" en Amhara entravent l'aide humanitaire dans cette région du nord de l'Ethiopie, a déploré dimanche le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en appelant à la paix et en demandant un "accès ininterrompu" à la zone.

Ethiopie : l'OMS dénonce les violences en Amhara qui "entravent l'aide humanitaire"

Baher Dar, au bord du lac Tana, capitale de la région Amhara, Ethiopie.

Tewodros Getnet sur Unsplash

Ces affrontements entre combattants locaux et armée dans le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique interviennent seulement neuf mois après la fin d'un conflit dévastateur dans la région voisine du Tigré, qui a aussi impliqué des combattants de l'Amhara.

Le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé samedi avoir procédé à des arrestations liées à "la crise sécuritaire en région Amhara", après y avoir imposé la veille l'état d'urgence.

Dimanche, le chef de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, originaire d'Ethiopie, a indiqué que son organisation était "préoccupée par les violences en cours". "L'accès humanitaire est difficile en raison du blocage des routes. Les communications sont difficiles en raison de la suspension d'internet", a-t-il déclaré sur Twitter, rebaptisé X. "Nous appelons à l'accès ininterrompu et à la protection du système de santé dans l'Amhara, pour que l'OMS et ses partenaires puissent continuer d'y travailler. Et surtout, nous appelons à la paix", a-t-il ajouté.

Samedi, selon des habitants, les combattants de la milice nationaliste amhara Fano contrôlaient trois grandes villes de la région : Lalibela, Gondar et Dessie. Et si aucun nouvel affrontement n'était recensé à Lalibela, des habitants de Gondar et Bahir Dar, la capitale administrative de l'Amhara ont indiqué avoir entendu des coups de feu à la nuit tombée dimanche.La Commission éthiopienne des droits de l'Homme avait indiqué vendredi que des civils avaient été attaqués, des propriétés endommagées et les services de transport et l'internet suspendus dans plusieurs zones de l'Amhara. La compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines a elle suspendu ses vols vers Dessie, Lalibela et Gondar.

Les Etats-Unis de leur côté se sont déclarés "préoccupés" par ces violences.

Les tensions dans la région sont allées croissant depuis avril, lorsque le gouvernement a annoncé vouloir démanteler les "forces spéciales", des unités paramilitaires créées par de nombreux États régionaux depuis une quinzaine d'années. Les nationalistes amhara ont protesté contre cette mesure, estimant que le gouvernement veut affaiblir leur région.

Ces dernières semaines, les affrontements entre l'armée et des combattants de Fano se sont intensifiés, conduisant les pays étrangers à déconseiller les voyages dans la zone.

Avec AFP

Les gros dossiers

+ De gros dossiers