EHPAD : Un référent consentement bientôt dans les établissements

Ça vient de tomber. Hier, la ministre de l’autonomie a annoncé la création prochaine d’un référent consentement dans les EHPAD. Une décision qui fait suite aux alertes émises par la défenseure des droits.

Ce 4 mai, la défenseure des droits tapait du poing sur la table à propos de la situation dans les EHPAD. Une sortie qui a visiblement était entendue par le gouvernement. Conformément à l’une des recommandations de Claire Hédon, la ministre de l’autonomie a annoncé, ce jeudi 6 mai, l’arrivée prochaine d’un « référent consentement » dans chaque établissement.

« Je pense qu’il y a trop de moments où les grilles se referment », a concédé Brigitte Bourguinon sur le plateau de France Bleu, ajoutant qu’il y avait souvent « peu d’explications » fournies au famille sur ces prises de décisions. « Sur la vaccination, la liberté d'aller et venir, le droit de visite », a—t-elle précisé.  Une prise de parole en écho aux observations de la défenseure des droits qui signalait dans son rapport que les droits des personnes âgées était « gravement entravés » dans les EHPAD. « La crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 a mis en lumière des défaillances déjà constatées […] concernant plus particulièrement le droit au maintien des liens familiaux, la liberté d’aller et venir et le non-respect du consentement des résidents », soulignait Claire Hédon.

À lire aussi : EHPAD : Les libertés fondamentales entravées pendant la crise sanitaire

Si la date de mise en place effective de cette mesure n’a pas été précisée, le rôle de ce nouveau référent a été esquissé. « Ils vont être à l'écoute des résidents et de leur famille pour pouvoir reprendre le dialogue avec la direction de l'établissement".», a-t-elle indiqué, précisant qu’il s’agissait-là d’un rôle de médiation sociale. Ainsi, les résidants ou leurs proches se verront dans la possibilité de saisir ce référent en cas d’incompréhension par rapport à une décision prise par l’EHPAD.

Une nouvelle option qui s’inscrit donc dans le prolongement de la loi du 2 janvier 2002 qui avait permis la création du  fameux Conseil de vie sociale, une instance consultative élue par les résidents et leurs familles dont l’objectif était déjà de renforcer les droits des personnes hébergées.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Dans un avis rendu ce 21 juin, la Haute Autorité de Santé préconise la « vaccination réactive ». Comprendre, vacciner les proches d’une personne...

À partir de ce 23 juin, les personnes vaccinées souhaitant voyager chez nos voisins européens pourront télécharger leur certificat euro-compatible...

Réouverture des restaurants, des lieux culturels, levée du couvre-feu, fin du port du masque obligatoire en extérieur… L’épidémie de Covid-19 marque...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.