Covid-19 : la HAS a des doutes sur l’efficacité des tests salivaires

Suspension. La Haute Autorité de Santé ne recommande plus la prise en charge des tests salivaires par la Sécurité sociale. En cause ? Une trop grande hétérogénéité de performance.

Juré, craché. Les tests salivaires ne voleront finalement pas au secours de nos cavités nasales. Dans un communiqué en date du 28 juillet, la HAS a actualisé son évaluation des tests RT-LAMP à la lumière de nouvelles données disponibles.

« La HAS a considéré que les performances diagnostiques du test RT-LAMP intégré étaient satisfaisantes pour les patients symptomatiques : une sensibilité clinique de 84%, une spécificité clinique de 99%, un mode de prélèvement plus acceptable que le prélèvement nasopharyngé et une relative rapidité permettant de disposer d’un résultat en 40 minutes. » Jusqu’ici, tout va bien.  

Mais la HAS « a toutefois souligné l’absence de données cliniques robustes de performances diagnostiques de cet acte pour les personnes asymptomatiques et a relevé que les données de performances diagnostiques disponibles étaient issues d’une seule étude portée par le fabricant et présentaient des biais méthodologiques liées aux conditions pratiques de sa réalisation », explique l’institution dans son communiqué.

Le principal test salivaire est commercialisé par l’entreprise EasyCov, il est remboursable par la Sécurité sociale depuis janvier 2021 suite à un avis favorable de la HAS au mois de septembre 2020. Cela concernait cependant uniquement « les personnes symptomatiques pour lesquelles le prélèvement nasopharyngé est impossible ou difficilement réalisable ».

Du côté de la spécificité est satisfaisante, avec des résultats oscillant entre 97 à 99% de fiabilité. En revanche, ça se corse du côté de la sensibilité, pour laquelle les résultats varient entre 30 et 90% de fiabilité. C’est ce constat qui a poussé l’institution à suspendre sa recommandation de remboursement de ces tests.

La HAS précise que cet avis est susceptible d’évoluer au fil des nouvelles données et rappelle « l’importance d’intensifier la vaccination, notamment face à la diffusion du variant Delta sur le territoire, et de maintenir les gestes barrières ».

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

En partenariat avec la CNAM, le groupe Point Vision vient de lancer un centre de téléconsultation ophtalmologique. Une expérimentation débutée il y a...

Santé Publique France a publié hier soir son point épidémiologique hebdomadaire sur l’épidémie de coronavirus. La tendance à la baisse se confirme...

Épidémie, an 2. Que ce soit en France ou aux États-Unis, c’est l’heure du rappel qu'il soit mémoriel ou vaccinal. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.