Coronavirus : les médecins libéraux "insuffisamment préparés et protégés"

Les médecins libéraux sont insuffisamment préparés et protégés pour faire face à l’épidémie du Covid-19, estiment plusieurs syndicats (SML, CSMF, Jeunes Médecins).

En première ligne pour répondre aux inquiétudes des Français sur l’épidémie du Covid-19 et pour prendre en charge les cas éventuels, les médecins libéraux ne sont pourtant « pas préparés » et « ne disposent pas encore des moyens de protection qui leur sont nécessaires », estime dans un communiqué daté du 27 février le SML (syndicat de médecins libéraux) qui ajoute qu’ils « ne disposent d’aucun stock préventif de matériel de protection pour eux-mêmes et leur personnel ».
 
Or, la protection des soignants est « indispensable » rappelle le syndicat qui a demandé au ministère de la Santé « d’accélérer le déblocage de matériel en lien avec les pharmaciens d’officine dans le cadre d’une coordination de proximité ».
 
Du côté de la CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), on estime que les médecins libéraux sont très exposés à l’épidémie de Covid-19, dans un communiqué daté du 26 février. D’autant plus, que « le plus souvent, les Français vont d’abord chez leur médecin avant de téléphoner au 15 sans suspecter une seconde qu’il s’agisse du virus redouté ».

Manque de protections

Le syndicat ajoute que les médecins sont les premiers à répondre à cette menace dans leurs cabinets. Or, même s’ils sont « alertés par de nombreux mails issus des autorités sanitaires. Mais ce ne sont pas les mails qui les protègent ! ».
 
C’est la raison pour laquelle la CSMF considère qu’il est maintenant « indispensable que l’État passe aux actes et dote au plus vite les cabinets de médecins libéraux de toutes les protections possibles (masques, blouses jetables, lunettes) et de solutions hydro-alcooliques ». C’est pour elle « la moindre des choses ».
 
Même son de cloche du côté du syndicat Jeunes médecins qui pense aussi que les médecins libéraux sont en première ligne pour prendre en charge des patients suspects ou atteints du coronavirus, mais sont « insuffisamment préparés et protégés ».  
 
À ce jour ceux-ci n’ont bénéficié « d'aucun matériel de protection lors de l’examen des patients (masques adaptés, tuniques de protection) » et « d'aucune réunion d’information sur la logistique et prise en charge des cas index et sujet contacts », poursuit le syndicat qui affiche « son indignation devant ce manque de prévention et de protection élémentaire des soignants ». Et demande à ce que « tout soit mis en place dans les plus brefs délais, afin que tous les usagers du système de soins puissent être pris en charge dans de bonnes conditions ».

Mise en quatorzaine

Par ailleurs, dans l’hypothèse où un médecin français serait contaminé par le virus, « l’État doit s’engager à le protéger, lui et sa famille, afin que la mise en quatorzaine de ce dernier ne soit pas préjudiciable à son activité professionnelle ni à ses patients », estime la CSMF.
 
Quant au SML, il demande à tous les médecins libéraux de s’inscrire sur DGS-URGENT pour recevoir les informations en temps réel. En cas de doute, il conseille aussi d’appeler le numéro vert (0800 130 000) de 9h00 à 19h00, mis en place par le gouvernement pour soulager le centre 15. Le syndicat organise également une campagne de formation dans les départements en direction des médecins libéraux (infos : sml.assistance@lesml.org) .
 
Enfin, le SML souhaite que « les conséquences du ralentissement de la production de l’industrie chinoise sur l’industrie du médicament puissent dès à présent être anticipées ».
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Le risque de pandémie de coronavirus est "à la fois une hypothèse de travail" et "un risque crédible", selon le nouveau ministre de...
Homéopathie, Edzard Ernst, fakemed
Le Pr Edzard Ernst a commencé sa carrière comme MPR en Allemagne, et l’a terminée comme professeur émérite de médecines alternatives et...

Un retour vers la normale : voilà ce que promet l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), concernant l’accès aux prednisone et...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.