Convention : la CSMF rentre dans le rang

Et abandonne un moyen de pression

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) va finalement signer la convention médicale de 2016. Avec un timing particulier, et beaucoup de critiques émanant d’autres syndicats.

Jean-Paul Ortiz avait laissé planer un (très léger) doute en attendant l’assemblée générale extraordinaire de la CSMF organisée le 26 mai. C’est désormais officiel : le syndicat majoritaire de médecins rejoindra la convention médicale. Elle s’associe ainsi aux autres syndicats de libéraux (FMF, MG France et Le Bloc), y compris le SML qui s’était joint à la fête début 2018.

C’est par le biais de l’avenant 6 à la convention, celui en préparation sur la télémédecine, que la CSMF rejoint la troupe. Lors de l’AG, 95,2 % des syndicalistes départementaux votants se sont prononcés pour la signature de cet avenant, rapporte le Quotidien du médecin. Et ce, malgré quelques réticences qui subsistent. « Il y a eu beaucoup de discussions», a reconnu le Dr Jean-Paul Ortiz dans le QDM,  car les tarifs de la télé-expertise sont indignes de la profession ».

Ça ne plaît pas à tout le monde

Le secret de l’adhésion de la CSMF à la convention était un secret de polichinelle. Lors des universités d’été 2017 du syndicat, la question avait déjà été abordée. Et il y a un mois à peine, l’accord trouvé entre Uncam et les radiologues sur une pertinence des actes et sur la suppression de l’article 99 de la LFSS, qui permettait au directeur de l’Assurance maladie de baisser de manière unilatérale les tarifs d’imagerie, avait débloqué la situation. Avec le tiers payant obligatoire, « c’est l’une des raisons qui nous avait poussés à refuser de signer la convention médicale de 2016 », avait alors rappelé Jean-Paul Ortiz à What’s up Doc.

Les demandes d’évolution vers des pratiques innovantes en faisaient aussi partie. La volonté d’avancer sur la télémédecine semble avoir convaincu la CSMF. Même si elle n’est pas totalement d’accord sur les détails de cet avenant, la CSMF semble avoir décidé de la jouer fair-play avec le Gouvernement. La méthode Buzyn plaît, et l’heure est au bénéfice du doute. Beaucoup regrettent néanmoins que la CSMF ait cédé alors que les négociations sur la télémédecine ne sont pas arrivées à leur terme.

Sur Twitter, le président de la FMF, a ainsi déploré « cette précipitation », expliquant qu’il y avait « un espace pour négocier cet avenant indigne et faire barrage aux plateformes », faisant référence aux plateformes commerciales de télémédecine. Et Franck Chaumeil, vice-président de l’UFLM-S d’y aller de son commentaire : « Aaaah, ces vieux syndicats de médecins ! »

Crédit photo : Full Metal Jacket (Warner Bros. Pictures)
Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Face aux pouvoirs publics, les hôpitaux privés ne se laisseront pas faire...
La retraite, ca se prépare quand ?
Médecin "pilier" : oui mais comment ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.