Changement de tête à l'Isni et l'Isnar !

visage
visage

À quelques jours près, l'Isni et l'Isnar viennent de renouveler leurs instances. Soit un nouveau président, Antoine Reydellet à l'Isni, et une nouvelle présidente, Lucie Garcin à l'Isnar. 

Du changement ! Aussi bien à l'Intersyndicale nationale des internes (Isni), qu'à l'Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG), les têtes de gondole ont été renouvelées. À l'Isni, lors de de leur dernière université de rentrée, le 18 octobre dernier, Antoine Reydellet, interne en médecine du travail à Lyon, a été élu président en remplacement de Jean-Baptiste Bonnet. Il sera secondé par Isabelle Riom, interne en médecine générale à Paris, qui a été élue vice-présidente, Sylvain Gautier, interne de santé publique à Paris, désigné secrétaire général, et Cherifa Cheurfa, interne en anesthésie-réanimation à Rouen, élue trésorière.

Pour être complet, il faut aussi mentionner, parmi la nouvelle équipe dirigeante : Bastien Louguet, vice-président chargé des politiques de santé, Mathilde Besson, vice-présidente chargée de l'enseignement supérieur, Audrey Fontaine, vice-présidente chargée des relations internationales, Abdellah Hedjoudje, vice-président chargé de l'insertion professionnelle, et Romain Sayous, vice-président chargé des risques psycho-sociaux.

Du côté des internes en médecine générale (Isnar), là aussi renouvellement de la présidence et d'une partie du bureau. Lucie Garcin, interne en médecine générale à Lyon, remplace Maxence Pithon, qui a occupé le poste pendant un an. Lucie Garcin était depuis janvier 2018 porte-parole de l'Isnar-IMG. Pour la remplacer au porte-parolat, Pieter Prats la remplace. Pierre Guillet reste vice-président et Charlotte Colla vice-présidente.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Et non… Le chemin qui sépare le 1er jour au labo de l'écriture d'un article scientifique nous réserve de nombreuses embûches ! Quelques clés pour...
Un temps privés d’épreuves classantes, cinq étudiants de Paris-Diderot pourront finalement plancher comme les autres, malgré l’invalidation de leur...
Le dernier tiers du numerus clausus obligé d'aller bosser dans les déserts médicaux...
Des sénateurs Les républicains et communistes proposent d'imposer aux étudiants du dernier tiers du numerus clausus de faire trois ans d'exercice...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.