Aurélien Rousseau : « On ne peut pas se satisfaire d’avoir des urgences qui restent portes closes la nuit »

Article Article

Le ministre de la Santé Aurélien Rousseau a tenté de rassurer sur les fermetures temporaires de services hospitaliers faute d'effectifs, affirmant notamment qu'il ne se "satisfaisait pas" de cette situation.

Aurélien Rousseau : « On ne peut pas se satisfaire d’avoir des urgences qui restent portes closes la nuit »

Aurélien Rousseau, ministre de la Santé.

© AFP

"On ne peut se satisfaire, dans notre pays, d'avoir des endroits où les urgences restent portes closes la nuit, il n'est pas possible d'en faire durablement une solution", a-t-il indiqué dans une interview au Monde lundi 31 juillet.

"Quand il y a des fermetures ‘perlées’ de maternité, ça ne veut pas dire qu'en fait on veut fermer cette maternité", a-t-il également dit, ce même jour, lors d'une visite au personnel de l'hôpital de Sarlat (Dordogne), un département particulièrement touché par les fermetures temporaires et les mesures de régulation - imposant d'appeler le 15 avant de se présenter aux urgences.

"On a eu souvent l'impression qu'on garrotait telle ou telle structure hospitalière pour dire ensuite ‘elle ne marche plus’, mais ce n'est pas cela", a-t-il ajouté, dan

Cet article est réservé aux abonnés
Alors abonnez-vous : c'est 100% gratuit

Magazines
  • Accédez à tous nos contenus premium (classement, magazine...)
  • Déposez une annonce de recrutement gratuitement
  • Accédez au forum spécial médecin

Les gros dossiers

+ De gros dossiers