AP-HP : des généralistes, la solution à la surcharge des urgences ?

L'AP-HP a lancé un appel d'offres pour des postes de médecins généralistes en appui au SAU.

 L’AP-HP lance à un appel d’offre et propose à des médecins généralistes de participer à l’organisation des soins non programmés en lien avec les SAU de Bicêtre, Antoine Béclère, Tenon et Lariboisière. Un appel d’offre qui fait rêver ! Dans un premier temps, les généralistes qui accepteront de travailler en libéral auprès de l’AP-HP seront accueillis dans des box de 13 à 16 m2 au sein des urgences avant de bénéficier - plus tard - de locaux dans des préfabriqués qui seront installés à proximité des urgences.
Aux généralistes volontaires seront adressés les patients triés niveau 5 (le moins élevé) par l’infirmière d’accueil, soit 2 à 3 patients par heure à Lariboisière qui reçoit chaque jour 250 passages. Une manne de 45 patients par 24 heures, dont 30 à 40 % ne seraient pas éligibles pour les « raisons sociales ». À Béclère, on parle de 15 % des 34 000 passages éligibles H24. Des chiffres limités, d’autant que la question de l’accès direct à ces médecins par les patients n’est pas abordée.
 

Trouver un médecin traitant aux patients

Outre le fait de ne pas être maitres du flux, les médecins répondants à l’appel d’offre s’engagent à prendre contact avec les médecins dans un rayon de 5 km pour évoquer la possibilité de devenir médecins traitants des patients qui n’en auraient pas. Ils devront aussi adresser les patients ayant besoin d’avis spécialisés ou d’examens complémentaires aux structures compétentes de l’AP-HP les plus proches. Et le tout au secteur 1, au tiers payant, 7 jours sur 7 tout au long de l’année, pour une durée limitée (deux ans et dix mois par exemple à Béclère, cinq ans à Tenon) et en payant une réversion à l’AP-HP pour occupation des locaux.
Quels libéraux auront envie de travailler dans ces conditions, dans des hôpitaux soit en très grande difficulté, soit voués à fermer dans les années qui viennent ? Réponse le 5 novembre, date de remise des projets.
 
 
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

De nombreuses organisations syndicales et collectifs appellent à une nouvelle journée de grève le 17 décembre pour endiguer l’hémorragie qui met en...
Pas un jour sans qu’on lise dans la presse un article sur le burn-out. Pas une semaine sans que nous ne soyons consultés par des personnes en...
En l’espace de deux semaines, deux patients se sont suicidés, au CHU de La Réunion et à l'hôpital de Quimper.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.