« 50% des personnes font des tests injustifiés » selon Lionel Barrand, du syndicat des jeunes biologistes

Le Dr Lionel Barrand, président du Syndicat national des jeunes médecins biologistes (SNJMB) est très inquiet de la tournure que prend actuellement la campagne de tests massifs PCR. Il demande, entre autres, un retour aux tests sur prescription médicale. 

What’s up Doc. Quels sont les délais de résultats pour les tests PCR ?

Dr Lionel Barrand. Les files d’attente sont très longues en Ile-de-France, à Lyon, sur le bassin méditerranéen, à Toulouse… À Strasbourg, où j’exerce, ça va encore, nous arrivons à délivrer les résultats à J+1 car la ville est très dense en laboratoires, mais dans le pire des cas, comme à Toulouse, ça peut être J+7. J’ai entendu un patient dire qu’il avait attendu ses résultats 8 jours. C’est n’importe quoi ! Il faut s’interroger sur la pertinence de faire le prélèvement si on a les résultats une semaine après. Certaines opérations sont actuellement déprogrammées, faute de résultat dans les délais. Le gouvernement veut faire du chiffre ? Ok c’est bon, on est passé de 300 000 tests à plus d’un million, sans aucun critère de priorité médicale. Si on veut tester 70 millions de Français, ça prendra 70 semaines.
 

WUD. Selon vous, comment réorganiser la hiérarchie entre les patients ?

Dr L.B. La difficulté aujourd’hui est de prioriser alors que tout semble urgent. Déjà, le test PCR pourrait être remis sur ordonnance, les patients avec ordonnance et symptômes redevenant prioritaires. Par ailleurs, je pense qu’il faudrait arrêter les campagnes de dépistage massives à l’échelle d’un département entier. C’est ce qui a mis Marseille en difficulté et Paris aussi, lorsque l’ARS a envoyé 1,3 million de bons de souscription.

WUD. Selon vous, beaucoup de personnes viennent se faire tester sans que cela ne soit justifié ?

Dr L.B. Oui, c’est le cas pour environ la moitié des personnes en file d’attente je dirais. Ces personnes n’ont pas de symptômes, sont un peu anxieuses… Là je viens de recevoir une jeune femme qui avait fait une soirée avec quelques amis et était stressée depuis…une urgence toute relative donc ! Enfin, il faudrait desserrer les délais pour les personnes qui vont voyager en avion et arrêter de demander des PCR pour les voyageurs sans symptômes. Si on le demande, il faut que ce soit ciblé et bien voir que ce n’est pas urgent. Les résultats en 96 heures suffisent dans ce cas. Pour les opérations, il faudrait réétudier la question et définir pour quelles opérations il faut un test, parce que déprogrammer des opérations en raison d’un engorgement de la file d’attente par des personnes qui veulent voyager ou qui reviennent stressées d’une réunion de famille… ça ne va pas.
 

Nous commençons à manquer de réactifs depuis 3 semaines

WUD. Quelles sont les difficultés matérielles dans les labos ?

Dr L.B. Nous commençons à manquer de réactifs depuis 3 semaines, lorsque la demande a réellement explosé. Il y a des biologistes en burn-out, des menaces de démission un peu partout. Un biologiste de Lyon s’est même fait casser la gueule par un patient mécontent des délais et a écopé de deux jours d’ITT ! Une secrétaire parisienne aussi. Ce n’est pas à notre personnel de gérer cette situation d’embouteillage et l’agressivité des patients. On essaie de recruter mais comme tous les labos cherchent en même temps, c’est mission impossible.
 

Portrait de Sophie Cousin

Vous aimerez aussi

Vincent-Dozhwal Bagot est médecin de Santé publique. En mai 2018, il a co-fondé, avec Guillaume Maquinay, la start-up Simango. Sous la commande de l'...

Dans son adresse aux Français le président de la République, entre autres choses, a confirmé la déprogrammation des soins non urgents, annoncés plus...
Le gouvernement a ouvert à côté de Marseille un centre d'hébergement destiné à maintenir en quarantaine les personnes ayant résidé à Wuhan et...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.