Montpellier roule des (thrombectomie) mécanique(s)

A la pointe de la technologie

Le CHU de Montpellier est un « grand centre avec beaucoup de pôles à la pointe, notamment en radiologie », selon François-Louis, interne en… radiologie ! On ne lésine pas sur la recherche à Montpellier où on utilise des « techniques avancées ». On trouve également à l’hôpital Gui de Chauliac, chirurgien le plus éminent du XIVe siècle, « le 1er centre du traitement des anévrismes, juste devant la Fondation Rothschild ». Montpellier est aussi « l’un des premiers centres à avoir appliqué la thrombectomie mécanique dans le traitement des AVC, un traitement de référence désormais étendu dans l’ensemble de la France ». Autre point fort du CHU : le centre de recherche est rattaché à l’hôpital, ce qui permet de « faire un stage de six mois entièrement dédié à la recherche pendant son internat ». Dans la catégorie « peut mieux faire », « certaines spécialités ne sont pas assez développées », selon François-Louis qui regrette que certains cours du début d’année soient « passés à la trappe, comme les cours de lecture de radios standard qui m’ont manqué en stage ». Enfin, les problèmes de sous-effectifs sont criants : « On travaille à flux tendu en permanence. On se retrouve face à des vacations d’échographie assez ahurissantes : 27 échos par jour à deux… » Dernier point noir : l’internat est « dans un état d’entretien déplorable ». Pas si grave car « le climat est très ensoleillé, la mer pas loin. Pas besoin de bouger pour prendre des vacances ! »

 

Le Fizz, boîte de nuit du centre-ville de Montpellier où sortent tous les internes

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.