Limoges ne croule pas sous les éloges

Anti bling-bling

Interne en 3e semestre de néphrologie et représentant des internes à l’Association des Internes des Hôpitaux de Limoges, Ismail Amal se souvient de son arrivée à Limoges : « Je venais de Strasbourg, je ne connaissais personne et je suis arrivé, je l’avoue avec un a priori négatif… qui s’est vite dissipé. Au bout de la première soirée, on découvre un autre monde ! » Et de louer la bonne ambiance à l’internat où toute initiative et projet personnel (équipes de sport, week-end, formation, soirée…) est encouragé. Voici donc un autre CHU vanté pour sa dimension humaine, l’accessibilité des chefs, la relation thérapeutique personnalisée, en grand décalage avec les gros centres. « Par exemple, détaille Ismail, en orthopédie, l’interne fait de la traumatologie, dès le 1er ou - au plus tard - au second semestre. On le laisse aller au bloc, et sous le contrôle du chef poser une prothèse. » Le représentant des internes cite plusieurs services de pointe, par exemple la radiologie interventionnelle, « l’un des meilleurs de France ». Les repos de garde sont majoritairement respectés. La plus grosse des périphéries est Brive-La-Gaillarde, dotée d’un internat accessible à tous les internes, quel que soit le semestre. L’internat de Limoges est en revanche réservé aux 1er et 2nd semestres expatriés à Limoges.  

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.