Grenoble, le CHU à taille humaine

Tourner la page 

C’est un point positif que l’on entend régulièrement dans la bouche des internes. Le CHU de Grenoble est « à taille humaine, donc tout le monde se connait rapidement », selon Adrian Mancini, interne en chirurgie. Revers de la médaille : « Nous avons un seul service dans chaque spécialité, ce qui n’est pas le cas d’autres CHU qui ont par exemple trois services de chirurgie viscérale. Donc on voit moins de choses différentes et on travaille avec moins de gens différents ». Une chose est sûre selon Adrian : « toutes les spécialités chirurgicales sont très formatrices : la chirurgie viscérale, vasculaire, thoracique… » L’interne loue également « la qualité des profs et la volonté de laisser faire les internes qui sont plutôt autonomes par rapport à d’autres CHU ». Grenoble est également une ville « très agréable à vivre »« plusieurs fois élue meilleure ville étudiante de France ». Il faut dire que les montagnes sont à proximité : « Quand on sort de garde et que vous êtes sur les pistes de ski à 9 heures du matin, c’est pas mal ! », s’amuse Adrian. Côté négatif, l’interne évoque « toutes les histoires du passé » : le suicide d’un neurochirurgien (fin 2017), d’une infirmière (juin 2018), la défenestration fatale d’un patient (mars 2018), les affaires de harcèlement moral... Mais, « suite au rapport commandé par la ministre de la Santé après la mort du neurochirurgien, ça va beaucoup mieux. La direction a changé et il y a une réelle volonté que ça aille bien », conclut Adrian.

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.