Vaccination antigrippale en pharmacie : check

Le gouvernement a confirmé la possibilité pour les pharmaciens de pratiquer les injections antigrippales, à partir d’octobre 2019.
 

Sans grande surprise, « un décret et trois arrêtés parus au Journal officiel du 25 avril 2019 (1) autorisent les pharmaciens d'officine de l'ensemble du territoire à pratiquer la vaccination contre la grippe et fixent les conditions de l'organisation de cette activité », explique la direction de l’information légale et administrative. Le gouvernement valide donc les deux années d’expérimentation menées dans deux régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine), et une en Hauts-de-France et Occitanie. Les textes seront appliqués dès la prochaine campagne de vaccination antigrippale, en octobre 2019.
 
Au total, ces tests ont permis de vacciner près d’un million de Français, souligne le ministère de la Santé. « Cette mesure s’inscrit pleinement dans les objectifs de simplification des parcours poursuivis par le Plan Priorité Prévention », explique-t-on Avenue Duquesne. « Multiplier les opportunités de se faire vacciner est un enjeu important pour rapprocher les citoyens de la vaccination ».
 
La mesure concernera les personnes visées par les recommandations, notamment les personnes âgées de plus de 65 ans. Les femmes enceintes, ainsi que les personnes à risque de grippe « sévère ou compliquée » sont également inclues dans les populations cibles. Les patients avec des antécédents d’allergies à l’ovalbumine ou qui ont présenté des réactions anormales à des vaccinations antérieures sont exclues du dispositif.

Retour à l’école

Pour pouvoir participer à la fête, les pharmaciens devront suivre une formation théorique et pratique et adapter leur officine pour accueillir les personnes à vacciner. La formation nécessaire est détaillée dans un arrêté paru le 23 avril au Journal Officiel. Les pharmaciens auront droit à un rappel du fonctionnement des vaccins, de notions de couverture vaccinale et d’immunité de groupe. Ils devront connaître les contre-indications et les effets indésirables, ou encore les schémas particuliers de vaccination et les sites d’injection pour les patients sous antiagrégants ou anticoagulants.
 
Ils seront également formés à repérer les signes évocateurs de réaction anaphylactique post-vaccinale, ainsi que « tout problème physique, psychique ou cognitif qui nécessiterait d’orienter vers le médecin traitant ». Ils devront effectuer un traçage du vaccin dans un dossier patient et communiquer vers les autres professionnels de santé.
 
Ces quelques précautions pourraient bien ne pas suffire aux médecins généralistes, qui ne sont pas ravis de voir les pharmaciens en charge de la vaccination, ainsi que d’autres prescriptions qui relevaient jusqu’à présent de leurs prérogatives.
 
(1) Décret du 23 avril 2019 relatif à la vaccination par les pharmaciens d'officine
Arrêté du 23 avril 2019 fixant la liste et les conditions des vaccinations que les pharmaciens d'officine peuvent effectuer et donnant lieu à la tarification d'honoraire en application du 14° de l'article L. 162-16-1 du code de la sécurité sociale
Arrêté du 23 avril 2019 fixant le cahier des charges relatif aux conditions techniques à respecter pour exercer l'activité de vaccination et les objectifs pédagogiques de la formation à suivre par les pharmaciens d'officine
Arrêté du 23 avril 2019 fixant la liste des vaccinations que les pharmaciens d'officine peuvent effectuer en application du 9° de l'article L. 5125-1-1 A du code de la santé publique
 

 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le Conseil d’État vient de valider l’extension de la liste des vaccins obligatoires à onze vaccins, tout en rejetant la demande de retrait de ceux...
Débat entre aoutiens et septembristes

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.