Trafic de données de santé... la tentation pour les publications

Les pressions pour publier peuvent conduire certains chercheurs à inventer des données, quand ce ne sont pas des cas entiers de patients.

La fabrication et, disons le mot, la falsification de data sont la conséquence en puissance d’une course à la publi dont chacun peut se rendre compte sur le terrain.

Le Dr Anna Ahimastos a démissionné en septembre 2015 de son institution à Melbourne (Baker IDI Heart & Diabetes Institute) après avoir admis inventer des résultats de cohortes dans ses études cliniques. C’est une « réanalyse » d’un essai du JAMA qui l’a démasquée à l’origine. Puis tous les autres articles de l’auteur concernant des essais sur le Ramipril dans la claudication intermittente ont alors été relus, ce qui a donné lieu à l’effarante découverte de faux et usage de faux... Aïe...

Au total, pas moins de 8 retraits de papiers...

Et voici le tableau de chasse ! 

 

* Hervé Maisonneuve est médecin, professeur associé en santé publique, avec une activité de formation en rédaction scientifique, et blogueur : www.redactionmedicale.fr

**Un résumé pour patients a été rétiré

 

Portrait de La rédaction
article du WUD 25

Vous aimerez aussi

Mais favorablement quand même...
Les médecins sont-ils tous des vendus ? L’UFC-Que Choisir offense les médecins libéraux
La relecture par les pairs (peer-review) avant publication est anonyme ; l’auteur ne sait donc pas qui a critiqué son article. Une pratique… honteuse...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.