Sida : Un candidat vaccin prometteur !

L’espoir est à l’ordre du jour !  D’après de premiers essais cliniques, le candidat vaccin développé par iavi et Scripps Research serait en mesure de provoquer une réponse immunitaire chez 97 % des patients. Des résultats encourageants donc qui nécessitent d'être affinés. 

Bonne nouvelle sur le front de la lutte contre le SIDA ! D’après les résultats de la phase 1 d’un essai clinique publiés le 3 février dernier par iavi et Scripps Research, une nouvelle approche vaccinale s’est révélée prometteuse pour prévenir le VIH. « 97% des participants vaccinés ont développé une immunoglobuline G détectable de classe VRC01 (IgG) cellules B », se sont félicités les chercheurs.

Mené sur 48 adultes en bonne santé, cet essai a donc inoculé deux doses du candidat vaccin baptisé eOD-GT8 60mer. « Les participants ont reçu deux doses du candidat vaccin ou placebo, espacées de deux mois », précisent les chercheurs. Concrètement, de quoi parle-t-on ? Dans les résultats de la phase 1, les chercheurs expliquent :

« eOD-GT8 60 mer est une nanoparticule auto-assemblante de protéines d’enveloppe du VIH lié à une structure protéique sphérique. Les protéines modifiées sont conçues pour interagir avec les cellules du système immunitaire qui produit un certain type d’anticorps qui peut éventuellement évoluer en bnAB, ou capable de neutraliser une large gamme de variants du VIH. […] Un candidat vaccin basé sur eOD-GT8 60mer serait administré dans le cadre de la première étape d’un schéma vaccinal en plusieurs étapes visant à susciter de nombreux types différents de bnAbs ».

Pour rappel, cela fait plusieurs années que les chercheurs exploitent avec intérêt la piste des bnAbs, des anticorps neutralisants à large spectre (broadly neutralizing antibodies). « Nous pensons que cette approche est la clé pour créer un vaccin contre le VIH, mais aussi potentiellement d’autres vaccins contre d’autre virus », a, de son côté, commenté William Schief, immunologiste à l’institut de recherche Scripps et directeur exécutif de la conception de vaccin chez IAVI.

Des résultats prometteurs donc qui ouvrent la voie à de nouveaux essais cliniques, selon les chercheurs. Ces derniers devraient débuter au troisième trimestre de 2021. Leur objectif ? Affiner et étendre l’approche en s’appuyant notamment sur la participation de la société de biotechnologie Moderna. Cela, afin de développer et tester un vaccin qui mêlera à la fois les résultats de leur essai et l’ARNMessager. « L’utilisation de la technologie de l’ARNm pourrait considérablement accélérer le rythme du développement d’un vaccin anti-VIH »,  explique le communiqué d’IAVI et l’Institut de recherche Scripps.

Une affaire à suivre donc… Surtout qu’en cas de réussite, les chercheurs estiment que leur trouvaille pourrait s’appliquer à d’autre virus. Tout autant que le VIH, la grippe, la dengue, le virus Zika ou encore l'hépatite C n’auraient donc qu’à bien se tenir.

Source: 

IAVI - Fact sheet 

 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Pronostic vital engagé. Et c’est celui de la santé publique. Des coupes budgétaires et un personnel épuisé, la santé ne doit plus passer en second...

Moins d’injections à risque, moins de passages aux Urgences, moins d’overdoses, moins d’abcès, moins d’endocardites… Cinq ans après leur lancement,...

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a présenté vendredi 7 mai le nouveau plan national santé et environnement. Dans le viseur,...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.