Ségur de la santé : une revalorisation rapide des salaires des PH est actée

Lors d'une rencontre en multilatérale, ce mardi, syndicats de praticiens hospitaliers et ministère de la Santé ont pu avancer sur les revalorisations statutaires et salariales des médecins hospitaliers. 

A priori le Ségur de la santé ne devrait pas accoucher d’une souris. Ainsi ont eu lieu vendredi et mardi deux réunions d’importance pour les paramédicaux et les praticiens hospitaliers : les premières concertations sur les revalorisations salariales, et la révision des grilles statutaires.
Les concertations des personnels médicaux se sont tenues ce mardi 16 juin, au moment où se déroulaient à Paris et partout ailleurs en France des manifestations pour « sauver l’hôpital public ». Sur de nombreux points, les intersyndicales de praticiens hospitaliers semblent avoir marqué des points, nous ont rapporté les négociateurs de ces intersyndicales. Ils ont par exemple obtenu de fixer le temps de travail hebdomadaire des PH à 5 demi-journées, mais sans pour autant obtenir de décompte horaire. Au sujet des revalorisations salariales elles devraient se dérouler en deux temps.
 

Indemnité de sujétion et de service public

Pour rappel, les intersyndicales de PH réclamaient 5000 euros net en début de carrière, et 10 000 euros nets en fin de carrière. Mardi dernier, il a été question dans un premier temps d’une rapide revalorisation salariale. Les trois premiers échelons de PH sont d’ores et déjà fusionnés, et il est question de créer trois nouveaux échelons en fin de carrière. Puis dans un deuxième temps, il sera question de réviser en profondeur les grilles statutaires. Idem pour les paramédicaux : il ne semble pas possible en quinze jours de réviser les 120 grilles paramédicales. En revanche, sous 15 jours, le ministère de la Santé devrait prendre une mesure forte de revalorisation salariale des paramédicaux.
Les PH devraient aussi voir revalorisés leurs indemnité de sujétion, ainsi que leur indemnité de service public. Actuelllement comprise entre 500 et 700 euros, l’indemnité de service public pourrait passer entre 1000 et 3000 euros, si le gouvernement suit les propositions des syndicats. Au chapitre de la qualité de vie au travail, le temps syndical pourrait être reconnu et les moyens du dialogue social mis en place. Les médecins ont aussi pu avancer sur la notion de valence, aussi bien dans le domaine de la recherche, que de la pédagogie. Toujours au sujet de la qualité de vie au travail, la médecine du travail devrait reprendre toute sa place à condition que les salaires des médecins du travail soient revus à la hausse. Les intersyndicales ont rendez-vous la semaine prochaine pour faire le point, cette fois-ci sur les propositions chiffrées du ministère. Dans 15 jours, c’est Olivier Véran ministre de la santé, qui devrait animer les débats. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le Collectif Urgence Pitié Salpêtrière documente le quotidien des soignants embarqués dans cette drôle de guerre contre le coronavirus. Aujourd'hui...
Dans son dernier plan pour sauver l'hôpital public, Agnès Buzyn s'en prend aux intérimaires avec fermeté. Leur syndicat lui répond sur le même ton. 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.