Programmes santé : Les praticiens hospitaliers ont du mal à faire leur marché

`A prendre ou à laisser

En vue de la présidentielle, la rédaction a décidé d'interroger les différents syndicats de médecins sur les propositions santé des candidats. Pour ce deuxième épisode, c’est le Dr Jean-Michel Badet, président du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers de CHU (SNPH-CHU), qui se prête à l'exercice.

 

Qui dit nouveau président dit nouveau programme santé tout beau tout chaud. Oui mais lequel ? La rédac’ interroge les syndicats sur les propositions qu’ils souhaiteraient reprendre et celles qu’ils préfèreraient de loin laisser à la poubelle. Le Dr Jean-Michel Badet, président du SNPH-CHU, nous livre ses choix.

 

Pour commencer, selon lui, la santé n’est pas suffisamment présente dans le débat. « Malheureusement, elle n’est pas considérée comme un secteur important du développement économique », regrette Jean-Michel Badet. « Aucun candidat ne parle de la recherche et des nouvelles technologies. » Par ailleurs, il reproche aux candidats l’absence de mesures concrètes concernant la prévention. « C’est une bonne chose que ce sujet ait été abordé lors du premier débat mais personne ne le traite de façon correcte. »

 

Néanmoins une proposition est plébiscitée par le syndicat : remplacer progressivement l’ensemble des bâtiments publics, dont les hôpitaux, en constructions à développement durable. Cette mesure est présentée par les écologistes. « C’est un élément qui n’est pas assez pris en compte. »

Autre bon point : le développement des maisons médicales contre les déserts médicaux. « Mais il faut faire la différence entre le versant nationaliste qui imposerait des maisons de santé dans certains endroits en obligeant les médecins à s’y rendre et la mécanique proposée par les républicains et En marche ! qui favorise l'émergence des projets d’installation. »

 

« Nous ne sommes pas des militaires »

 

Quant aux mesures santé que le SNPH-CHU souhaiterait voir disparaître, elles sont nombreuses. Néanmoins deux ont alerté très particulièrement le syndicaliste.

Jean-Michel Badet s’insurge « contre la suppression de l’aide médicale d'État (AME). » Proposée par François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan ou encore Marine le Pen, cette mesure va « à l’encontre de notre déontologie professionnelle. »

Deuxième proposition, le projet de Mélenchon de créer un corps de médecins au service de l’État n’enchante pas non plus le syndicaliste. « Beaucoup de structures oublient que les médecins ont un exercice indépendant », rappelle-t-il. « Nous ne sommes pas des militaires. » Il craint également que Benoît Hamon s’attaque à la liberté d’installation, indispensable selon lui.

 

Jean-Michel Badet a d’autres mauvais points à distribuer, notamment pour l’idée de Fillon de confier les « petits risques aux mutuelles » ou encore, chez Macron, « l’immobilisme dans le monde hospitalier. »

Bref, toutes les copies sont à revoir !

Pour consulter le premier épisode de notre série « À prendre ou à laisser » avec Stéphane Bouxom de l’ISNAR, c'est par ici !

Source: 

Im`ene hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

`A gauche toute ! Les objectifs de la ministre en faveur de notre système de santé
Certains l’ignorent, d’autres l’anticipent ou encore cohabitent avec, mais À la fin peut-on vraiment la supprimer??

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.