Programmes santé : Les praticiens hospitaliers ont du mal à faire leur marché

`A prendre ou à laisser

En vue de la présidentielle, la rédaction a décidé d'interroger les différents syndicats de médecins sur les propositions santé des candidats. Pour ce deuxième épisode, c’est le Dr Jean-Michel Badet, président du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers de CHU (SNPH-CHU), qui se prête à l'exercice.

 

Qui dit nouveau président dit nouveau programme santé tout beau tout chaud. Oui mais lequel ? La rédac’ interroge les syndicats sur les propositions qu’ils souhaiteraient reprendre et celles qu’ils préfèreraient de loin laisser à la poubelle. Le Dr Jean-Michel Badet, président du SNPH-CHU, nous livre ses choix.

 

Pour commencer, selon lui, la santé n’est pas suffisamment présente dans le débat. « Malheureusement, elle n’est pas considérée comme un secteur important du développement économique », regrette Jean-Michel Badet. « Aucun candidat ne parle de la recherche et des nouvelles technologies. » Par ailleurs, il reproche aux candidats l’absence de mesures concrètes concernant la prévention. « C’est une bonne chose que ce sujet ait été abordé lors du premier débat mais personne ne le traite de façon correcte. »

 

Néanmoins une proposition est plébiscitée par le syndicat : remplacer progressivement l’ensemble des bâtiments publics, dont les hôpitaux, en constructions à développement durable. Cette mesure est présentée par les écologistes. « C’est un élément qui n’est pas assez pris en compte. »

Autre bon point : le développement des maisons médicales contre les déserts médicaux. « Mais il faut faire la différence entre le versant nationaliste qui imposerait des maisons de santé dans certains endroits en obligeant les médecins à s’y rendre et la mécanique proposée par les républicains et En marche ! qui favorise l'émergence des projets d’installation. »

 

« Nous ne sommes pas des militaires »

 

Quant aux mesures santé que le SNPH-CHU souhaiterait voir disparaître, elles sont nombreuses. Néanmoins deux ont alerté très particulièrement le syndicaliste.

Jean-Michel Badet s’insurge « contre la suppression de l’aide médicale d'État (AME). » Proposée par François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan ou encore Marine le Pen, cette mesure va « à l’encontre de notre déontologie professionnelle. »

Deuxième proposition, le projet de Mélenchon de créer un corps de médecins au service de l’État n’enchante pas non plus le syndicaliste. « Beaucoup de structures oublient que les médecins ont un exercice indépendant », rappelle-t-il. « Nous ne sommes pas des militaires. » Il craint également que Benoît Hamon s’attaque à la liberté d’installation, indispensable selon lui.

 

Jean-Michel Badet a d’autres mauvais points à distribuer, notamment pour l’idée de Fillon de confier les « petits risques aux mutuelles » ou encore, chez Macron, « l’immobilisme dans le monde hospitalier. »

Bref, toutes les copies sont à revoir !

Pour consulter le premier épisode de notre série « À prendre ou à laisser » avec Stéphane Bouxom de l’ISNAR, c'est par ici !

Source: 

Im`ene hamchiche

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La gestion du corps des praticiens hospitaliers par le Centre national de gestion est exigeante du fait de leurs effectifs, de leurs attentes...
Les vrais raisons pour lesquelles on doit s'intéresser aux URPS
Les soignants quasi-absents des débats à CHAM 2015

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.